Le père Antonin Jaussen

jaussenJean Jacques Pérennès, Le père Antonin Jaussen, o.p. (1871‒1962): une passion pour l’Orient musulman, Éditions du Cerf, Paris, 2014, 144 pages.

Comment ne pas être ébahi et admiratif devant la vie d’Antonin Jaussen ? Non seulement il a traversé le siècle qui va de la guerre de 1870 en France à la montée du nassérisme et du panarabisme au Proche-Orient, mais il en a vécu lui-même les épisodes les plus marquants. Né dans la montagne ardéchoise, issu d’un milieu modeste, il est un des premiers compagnons du père Lagrange au moment de la fondation de l’École biblique de Jérusalem et de la crise moderniste qui secoue l’Église catholique. Durant la Première Guerre mondiale, sa connaissance profonde de l’Orient lui vaut d’être appelé à servir comme officier de renseignements dans les troupes françaises du Levant à Port-Saïd, mais aussi auprès des Britanniques : cela le place au cœur des débats sur l’avenir de la région au moment où les puissances occidentales se partagent les dépouilles de l’Empire ottoman et lui vaut de fréquenter des personnages de légende comme Lawrence d’Arabie et l’émir Faysal. Les années 1920 le trouvent à nouveau en Palestine où il est témoin de la frustration des Arabes devant l’instauration du foyer juif imposé par les Britanniques après la déclaration Balfour de 1917. Au début des années 1930, à l’heure où beaucoup songent à la retraite, Jaussen part pour Le Caire où il use ses forces à bâtir une maison dominicaine qui deviendra en 1953 l’Institut dominicain d’études orientales (IDEO). « L’Ordre de Saint-Dominique reprendra-t-il sa tradition musulmane ? » Telle fut la dernière hantise de celui pour qui l’Orient musulman a été la passion de toute une vie.

Acheter ce livre en ligne…

Les commentaires sont désactivés.