Notre histoire

Fondé au XIIIᵉ siècle dans le sud de la France, l’Ordre de saint Dominique s’intéresse au Moyen-Orient où il s’établit très tôt, à Constantinople, Tunis, Bagdad, et plus tard à Mossoul. Ses maîtres en théologie doivent leur découverte d’Aristote à des savants arabes : Albert le Grand et Thomas d’Aquin commentent Averroès et Avicenne. Au Caire, le couvent des frères dominicains existe depuis 1928. Son fondateur, le Père Jaussen (1871‒1962), voulait en faire le pied-à-terre en Égypte de l’École biblique de Jérusalem, consacrée à l’étude de l’archéologie en lien avec la Bible.

Malheureusement, les événements internationaux n’ont pas rendu possible ce projet. Lorsqu’en 1937 des frères dominicains décident de se consacrer à l’étude de l’Islam, le Caire leur parut être un lieu idéal pour s’installer, en raison de la présence de l’université d’al-Azhar et de la place culturelle de l’Égypte dans le Monde arabe.

L’intuition des trois fondateurs, les frères Georges Anawati, Jacques Jomier et Serge de Beaurecueil, fut rejointe par une demande faite par le Vatican que des religieux prennent au sérieux l’Islam, non pas pour convertir des musulmans, mais pour le faire connaître et apprécier, dans sa dimension spirituelle et religieuse. Ces trois frères ont pu commencer leur travail après la seconde guerre mondiale, au début des années 50, et fonder le 7 mars 1953 l’Institut dominicain d’études orientales (Idéo), qui est aujourd’hui un institut de recherche fondamentale sur les sources de la civilisation arabo-musulmane.

Pour en savoir plus :