Chers amis,

cette épidémie qui a tant bousculé nos vies ces dernières semaines est malheureusement le révélateur que beaucoup de travail reste encore à faire pour mieux intégrer religion et sciences humaines. De nombreux croyants, chrétiens comme musulmans, continuent en effet à opposer science et foi, comme si elles parlaient de la même chose. Ou plutôt, comme si elles apportaient des points de vue concurrents sur le monde, alors qu’elles se complètent. Au nom de ce conflit supposé entre science et foi, certains croyants refusent par exemple de prendre les mesures sanitaires nécessaires, arguant que la foi les protégera et pas la science. Non, ce n’est pas manquer de foi que d’écouter le discours des scientifiques ! Et si Dieu est libre de faire des miracles, ce n’est pas à nous de lui forcer la main en refusant les mesures sanitaires… Restons chez nous, lisons, soyons inventifs et solidaires, travaillons à distance, et prions pour que l’humanité sorte grandie de cette épreuve.

Sur la photo de ce mois-ci, à défaut d’activités académiques, la floraison de deux espèces d’aloès (vera et maculata) dans le jardin des dominicains du Caire.

Maison des chercheurs

Durant le mois de mars, nous avons eu la joie d’accueillir à la Maison des chercheurs Mˡˡᵉ Gyöngyi Oroszi et M. Levente Teklovics, doctorants à l’Institut Avicenne d’études du Moyen-Orient à Piliscsaba, en Hongrie.

Publications

Cliquez ici pour vous inscrire ou vous désinscrire à notre lettre d’informations. Si vous souhaitez recevoir les invitations aux séances de notre séminaire, merci de cocher la case correspondante.