Le MIDÉO, les Mélanges de l’Idéo

Mis en avant

Lire le MIDÉO en ligne!

Par ailleurs, tous les articles publiés avant 2015 sont téléchargeables au format PDF dans notre catalogue.

Vous pouvez aussi consulter les tables des matières détaillées des MIDÉO et de ses maisons d’éditions successives. Depuis le numéro 31 (2015), le MIDÉO est publié par l’Ifao et accessible gratuitement en ligne. Les anciens numéros sont en vente à l’Ifao au Caire.

Les prochaines thématiques

Proposer un article ou une recension

Si vous souhaitez proposer un article relatif aux thématiques des prochains numéros, une édition de texte, ou un article s’inscrivant dans le propos général de l’Institut, si vous souhaitez proposer une recension d’un ouvrage d’islamologie, vous pouvez adresser votre texte au directeur du MIDÉO ().

Merci de lire attentivement les directives de la revue et les Instructions aux auteurs du MIDÉO.

Les auteurs sollicitant le MIDÉO pour recension de leurs ouvrages doivent adresser leurs livres à l’adresse suivante :

Emmanuel PISANI
Directeur du MIDÉO
222 rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris – France

L’histoire du MIDÉO

Le MIDÉO Mélanges de l’Institut dominicain d’études orientales du Caire — est une revue fondée en 1954 par les premiers membres de l’Idéo. Ces Mélanges publient notamment des contributions académiques des membres de l’Institut et des chercheurs travaillant en étroite collaboration avec eux, en français, en anglais ou en arabe.

En répondant aux objectifs de l’Institut, la revue publie des articles inédits sur l’islam par ses sources ; elle privilégie les questions théologiques et philosophiques, et l’histoire des doctrines. Elle vise aussi par des études approfondies à dépasser l’incompréhension mutuelle entre traditions culturelles et religieuses différentes et accorde une attention particulière à l’évolution contemporaine des recherches à ce sujet.

En consultant la liste des articles parus depuis 1954, on pourra juger de la diversité des sujets abordés. Depuis 2004, une série de monographies, les « Cahiers du MIDÉO », complète la collection. Depuis le numéro 30 (2014), le MIDÉO regroupe à la fois un ensemble d’articles sur une thématique spécifique, des éditions de textes et des varia. Depuis le numéro 31 (2015), le MIDÉO est accessible gratuitement en ligne.

Les interactions entre šīʿites imāmites et chrétiens

Ce volume 35 est constitué d’un dossier rassemblant la plupart des communications tenues lors du colloque d’avril 2018 à l’Institut catholique de Paris sur les interactions entre imamites et chrétiens. À partir de l’hypothèse que l’histoire, la théologie, la littérature témoignent de la dimension interculturelle des rencontres et des relations, les auteurs montrent comment les identités de chacun se sont façonnées et construites. L’histoire de missionnaires, les récits de voyages, les lettres diplomatiques d’écrivains ou de polémistes permettent en effet de mettre en lumière la réalité de ces échanges et les transferts linguistiques, culturels, théologiques, au-delà d’une vision dogmatique, hégémonique et fermée de l’énoncé théologique.

Cliquer ici pour lire ce numéro en ligne (texte intégral accessible gratuitement…)

Appel à contributions : Théologies islamiques des catastrophes

Théologies islamiques des catastrophes : entre science, religion et messianismes

Dossier dirigé par Abdessamad Belhaj (Université catholique de Louvain, CISMOC) et Haoues Seniguer (Sciences-Po Lyon, Triangle UMR 5206, Lyon)

Appel à contributions pour le MIDÉO 38 (2023)

Cliquer ici pour télécharger ici la version PDF…

La Covid-19 (kūfīd-19) s’est déclarée aux alentours d’octobre-novembre 2019 en Chine. En plus d’être devenue un problème de santé publique mondiale, celle-ci s’est rapidement transformée en « un fait social total » (Mauss, 2013). Elle a effectivement mis en branle une pluralité d’institutions et de champs sociaux au sein des enceintes aussi bien nationales qu’internationales : économique, politique, culturel et religieux.

L’épidémie (wabāʾ) a donc engendré son lot de commentaires et de gloses religieuses de la part des hommes de foi. C’est ainsi que le théologien marocain Aḥmad al-Raysūnī, président de l’Union internationale des savants musulmans (UISM), affirma à propos de la pandémie de coronovirus (ǧāʾiḥat kūrūnā) que celle-ci appartient à « la tradition de l’épreuve/l’affliction[1] » (sunnat al-ibtilāʾ), de sorte à ce que « croyant et homme raisonnable » s’interrogent plus avant sur la manière de « tirer profit » de cette « épreuve » (yastafīdu min al-balāʾ), autrement dit des « leçons » (al-ʿibar wa-l-durūs) du point de vue spirituel et existentiel. Afin que, in fine, les gens puissent selon lui méditer sur « leur façon de vivre et sur leurs comportements » (uslūb ḥayātihim wa-sulūkihim)[2].

Pourtant, loin de se contenter de ce discours consensuel, al-Raysūnī en a également profité pour souligner combien la pandémie avait révélé l’étendue de « la santé (salāma) et sagesse (ḥikma) de l’ensemble des lois et règles contenues dans la religion islamique, de son régime législatif (manẓūmatihi al-tašrīʿiyya) ». Finalement, la pandémie, de ce point de vue, constituerait « la meilleure preuve du caractère céleste de l’islam, valable en tout lieu et en tout temps (ṣāliḥan li-kull makān wa-zamān) », prétendant même que « de nombreux endroits d’Asie orientale auraient embrassé l’islam » après la survenue du virus, parce que leurs habitants se seraient rendu compte que ses « lois et règles assurent la santé et la protection de l’Homme contre tout préjudice et mal (arar wa-šarr) ». Quant au secrétaire général de l’institution présidée par Aḥmad al-Raysūnī, le shaykh ʿAlī Muḥyī al-Dīn al-Qaradāġī, « ces épidémies et virus » (al-awbiʾa wa-l-fayrūsāt) procèdent du « destin de Dieu » (qadar Allāh). Ceux-ci sont « des preuves absolues et vivantes (min al-adilla al-qāṭiʿa al-mušāhada) du pouvoir de Dieu le Très-Haut de décimer qui Il veut décimer, et ce, par le plus faible de ses soldats (bi-aḍʿaf ǧunūdihi) », référant, à l’appui de sa démonstration, à la sourate al-Muddaṯṯir (LXXIV), verset 31 : « Et nul ne connaît les soldats de ton Seigneur sauf Lui » (wa-mā yaʿlamu ǧunūd rabbika illā huwa). Il s’agirait d’une « affliction », « de maladies » (amrāḍ) par lesquelles Dieu « disciplinerait musulmans et non-musulmans », conférant « au croyant éprouvé par elles, mais empli de patience, la récompense du martyr[3] » (aǧr al-šahīd).

En fait, transcendant la seule période contemporaine, la théologie musulmane des catastrophes peut trouver des origines réelles ou présumées dans des passages coraniques ou des traditions dites prophétiques (Sunna) qui rapportent des calamités, avérées, allégoriques ou eschatologiques : nous pensons à la bataille de Uḥud, aux scènes de l’Apocalypse (ou apocalyptiques), à la punition des peuples mécréants par la destruction, la noyade, etc. La sourate al-Zalzala (XCIX) illustre par exemple l’imaginaire coranique de la catastrophe, comme événement apocalyptique maîtrisé ou jugulé par l’omnipotence et la justice divines. À la suite du Coran, les clercs musulmans, dans l’histoire, ont ainsi produit plusieurs types de littérature religieuse comme réponses aux catastrophes, naturelles ou humaines : guerres, épidémies, famines, tremblements de terre, etc. Probablement, la littérature à ce titre la plus ancienne est celle du corpus des traditions prophétiques (ou « imamiques » du côté šīʿite), tantôt de facture messianique, tantôt de facture pragmatique, tendant à former une espèce de norme théologique en matière de désastre. On en trouve des traces dans les chapitres des miḥan (épreuves), des fitan (séditions), du ṭāʿūn (peste) ou du ṭibb (médecine) dans les compilations prophétiques efflorescentes au 3ᵉ/9ᵉ siècle, à l’instar de la compilation al-Ǧāmiʿ al-ṣaḥīḥ (Le Compendium des traditions authentifiées) d’al-Buḫārī (m. 256/870). Ce dernier considère que l’épidémie est un destin de Dieu, un châtiment et une épreuve, que la contagion en soi n’existe pas (la peste étant une création divine dans la conception traditionniste), élevant en outre le statut du mort par épidémie à celui de martyr, et conseillant, de surcroît, le confinement.

Un autre type de littérature théologique des catastrophes, plus tardive et plus sophistiquée cette fois-ci, apparaît dans des traités théologico-éthiques sur les épidémies (Aḥmad ʿIṣām ʿAbd al-Qādir al-Kātib a compté 33 textes). En effet, nous disposons d’une trentaine de traités théologiques composés par des théologiens et des juristes musulmans sur le ṭāʿūn (peste) ou le wabāʾ (épidémie). Le traité le plus influent, qui a d’ailleurs fait autorité dans les milieux sunnites, est celui de Baḏl al-māʿūn fī faḍl al-ṭāʿūn (Offrir la bienfaisance à l’égard de la vertu de la peste) composé par Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī, traditionniste égyptien mort en 852/1449. Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī y discute le rôle du djinn dans l’épidémie, le statut du mort par la peste (qui devient égal à celui du martyr), de l’importance de rester confiné dans le pays touché par la peste, de se repentir, d’accomplir les invocations pour demander à Allāh la levée de la peste, ainsi que d’adopter des précautions et pratiques médicales comme la phlébotomie. On y trouve aussi une tradition tardive attribuée au Prophète, qui dit que : « La peste est un martyre et une compassion pour ma communauté, une torture pour les mécréants », ce qui pose la question de l’altérité et de la peur dans la vision traditionniste de la catastrophe, du danger ou de la menace.

Du côté šīʿite, le clerc Muḥammad ibn al-Ḥasan al-Ḥurr al-ʿĀmilī (m. 1104/1693) a dédié un chapitre de sa somme de jurisprudence šīʿite Wasāʾil al-šīʿa (Les Instruments des šīʿites) à la question de l’autorisation de fuir les lieux de l’épidémie et de la peste, sauf en cas de nécessité d’y résider, comme pour les combattants et les gardes-frontières. Nous pouvons y voir toute la flexibilité de la pensée théologique šīʿite en matière de (ré)conciliation entre les contraintes de l’urgence et les normes en vigueur de la tradition « imamique ».

Les travaux de Jacqueline Sublet, Josef van Ess, Boaz Shoshan, Lawrence I. Conrad et de Justin K. Stearns, entre autres, montrent que les croyances autour de l’épidémie ont été largement déterminées par les discours théologiques jusqu’au xɪxᵉ siècle. Néanmoins, même si ces travaux sont érudits et toujours utiles, ils sont datés et manquent en partie d’analyse plus serrée du contenu des traditions. Aussi, au vu de l’acuité de cette théologie islamique des catastrophes qui s’est (re)déployée récemment, notamment dans le monde majoritairement musulman, certaines questions sur les continuités/discontinuités dans le discours théologique entre hier et aujourd’hui restent à interroger, à investir plus avant ; celles également relatives aux normes, aux dilemmes éthiques qui se posent aux musulmans confessants et à leurs autorités religieuses : des dilemmes éthiques entre la part de destin et la part de l’action humaine, en particulier de la responsabilité devant Dieu et l’ensemble de l’humanité ; entre la préservation de la vie humaine et les impératifs d’observance des rites et rituels religieux stricto sensu. Qui a causé l’épidémie : Dieu, les djinns ou les hommes (et lesquels) ? Faut-il se fier, du point de vue des théologiens intéressés à la question, à la science ou aux données de la foi pour expliquer les phénomènes épidémiques, naturels, mais également surmonter, prévenir ou conjurer les catastrophes ? Quelle est la part du sacré, du séculier ou du profane, en d’autres mots, quelle est la part réservée à l’un et à l’autre dans les théologies musulmanes ? Dans quelle mesure la théologie islamique (ou théologies islamiques) des catastrophes est-elle aussi et simultanément une théologie de la peur, sinon de la responsabilisation/‌culpabilisation de l’Homme face à lui-même et face à ses semblables ? Quelle différence le discours islamique classique et contemporain établit-il entre le musulman et le non-musulman face à l’épidémie ? Comment comprendre les différents arguments normatifs religieux mobilisés par les théologiens ? Peut-on relever, à ce propos, des différences entre les littératures sunnites et šīʿites ? Entre la littérature ancienne et plus tardive concernant les catastrophes ou drames humains ? Comment les théologiens musulmans contemporains s’emparent-ils de la littérature religieuse classique pour développer leur regard sur l’environnement, le déchaînement des éléments naturels, voire vis-à-vis de l’ordre politique, etc. ?

C’est à ces quelques grandes questions parmi d’autres possibles que souhaite se confronter le dossier de ce MIDÉO consacré, au sens large, à la théologie islamique des catastrophes à différentes époques de l’histoire, dans la pensée théologique ancienne, moderne et contemporaine.

Sources primaires

  •  al-ʿĀmilī (1104/1693) Muḥammad b. al-Ḥasan al-Ḥurr, Wasāʾil al-šīʿa, Téhéran, al-Maktaba al-Islāmiyya bi-Ṭihrān, 1975.
  • Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī (852/1449) Aḥmad b. ʿAlī, Baḏl al-māʿūn fī faḍl al-ṭāʿun, éd. par Aḥmad ʿIṣām ʿAbd al-Qādir al-Kātib, Riyad, Dār al-ʿĀṣima, 2016.
  • al-Suyūṭī (911/1505) Ǧalāl al-Dīn ʿAbd al-Raḥmān b. Abī Bakr, Mā rawāhu al-wāʿūn fī aḫbār al-ṭāʿūn, Damas, Dār al-Qalam, 1997.

Études

  • Lawrence I. Conrad, “Ṭāʿūn and Wabāʾ: Conceptions of Plague and Pestilence in Early Islam”, Journal of the Economic and Social History of the Orient 25/3, 1982, p. 268‒307.
  • Josef van Ess, « La peste d’Emmaüs. Théologie et ‘‘histoire du salut’’ aux prémices de l’Islam », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Année 2000, 144-1, p. 325‒337.
  • Josef van Ess, Der Fehltritt des Gelehrten: die « Pest von Emmaus » und ihre theologischen Nachspiele, Heidelberg, C. Winter, 2001.
  • Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, P. U. F., 2013.
  • Boaz Shoshan, “Wabāʾ” in : EI II, Vol. 11, p. 3‒5.
  • Justin K. Stearns, Infectious Ideas: Contagion in Premodern Islamic and Christian Thought in the Western Mediterranean, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2011.
  • Jacqueline Sublet, La peste prise aux rets de la jurisprudence : le traité d’Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī sur la peste, Paris, Éditions Larose, G. P. Maisonneuve, 1971.

[1] https://www.aljazeera.net/programs/shariah_and_life_during_ramadan/2020/4/27/الشريعة-والحياة-في-رمضان (consulté le 20 juin 2020).

[2] http://alwatannews.tn/article/14562 (consulté le 20 juin 2020).

[3] http://iumsonline.org/ar/ContentDetails.aspx?ID=11019 (consulté le 21 juin 2020).

Appel à contributions : La récitation dans les premiers siècles de l’Islam

La récitation dans les premiers siècles de l’Islam

(7ᵉ‒9ᵉ siècles)

MIDÉO 37 (2022)

Date limite 
Mots-clés
  • Récitation coranique ‒ Psalmodie ‒ Oralité ‒ Transmission.
  • Islam ‒ Judaïsme ‒ Christianisme ‒ Zoroastrisme ‒ Antiquité tardive et débuts de l’Islam.
  • Torah ‒ Bible ‒ Psaumes ‒ Coran ‒ Qaṣaṣ ‒ Poésie ‒ Prières ‒ Rites ‒ Saǧʿ ‒ Récitation ‒ Mémorisation.
Présentation

Ce numéro du MIDÉO reprend le thème du colloque organisé au Caire et sur Zoom en octobre 2020. Il offre un espace de réflexion sur les différents types de récitation dans les régions centrales de l’Empire arabo-musulman (de l’Égypte à la Perse et à la péninsule arabique) durant les trois premiers siècles de l’Islam, et ce dans les contextes suivants :

  • contexte « religieux islamique » : le Coran, le Ḥadīṯ, les histoires (qaṣaṣ), la poésie mystique…
  • contexte « religieux non-islamique » : psaumes et prières, juives et chrétiennes (en grec, syriaque, copte, arabe) ; cérémonies zoroastriennes et manichéennes ; rites magiques…
  • contexte « profane » : poésie et prose rimés (saǧʿ), en arabe, hébreu, syriaque, copte… ; discours politiques et propagande ; techniques de mémorisation pour l’apprentissage de savoirs médicaux, scientifiques, philosophiques, légaux, grammaticaux…

NB: la distinction entre « religieux » et « profane » sera évaluée.

Les discussions sur ces types de récitations serviront de point de départ pour une réflexion sur les genres littéraires des textes récités, sur les techniques de récitation, mais aussi sur les acteurs de la récitation et les contextes socio-politiques et les questions liées à l’acte de la récitation. Ce colloque est ouvert à des contributions sur l’un ou plusieurs de thèmes suivants :

1) Les modalités de la récitation

Nous étudierons les pratiques qui précèdent ou qui constituent l’acte de la récitation (religieuse et profane) : l’écoute, l’apprentissage par cœur, la lecture, la récitation, la déclamation devant une audience, le chant, le jeu scénique…, ainsi que les règles et les modalités de la prononciation du texte, des aspects artistiques et émotionnels, et enfin des contextes précis dans lesquels tel ou tel texte est récité (rites, célébrations, fêtes, calendriers, circonstances, conditions matérielles, vêtements…)

2) Récitation et transmission du savoir

La récitation est une forme de transmission du savoir. Et en retour, certains récitateurs « professionnels » transmettent un savoir-faire spécifique à la récitation. Cette session étudiera l’articulation entre la récitation et l’enseignement/apprentissage, en prenant en considération la culture matérielle (manuscrite ou épigraphique), les pratiques d’apprentissage telles que la « récitation devant un maître » et sa validation (iǧāza), ainsi que les acteurs de la récitation (souvent des professionnels, des religieux ou des artistes…) et comment ils transmettent leur art vocal et leur éthique (adab al-qurrāʾ par exemple).

3) Les enjeux de la récitation

Cette session explorera les horizons religieux/spirituels des pratiques de la récitation (édification, justification, prière de guérison, mysticisme…), ainsi que ses buts profanes (politiques, sociaux, académiques, artistiques…) : la maîtrise des contenus, le choix des temps ou des formes de récitation peuvent être liés au pouvoir, à l’identité de la communauté ou à la création.

Langues des articles : français, anglais et arabe.

Organisation scientifique du colloque 

Pour plus de renseignements, merci de nous écrire à .

Le ḥadīṯ comme autorité du savoir

La canonisation du ḥadīṯ n’a pas été sans conflits théologiques : entre les coranistes, les traditionnistes, les rationalistes, la question posée est toujours celle de l’autorité du savoir. Comment l’autorité du ḥadīṯ s’est-elle construite et comment la science du ḥadīṯ a-t-elle pu être transmise et donner lieu, au sein des écoles de fiqh et des différents courants de l’islam (kalām, philosophie, etc.), non seulement à une pluralité d’interprétations mais aussi à l’élaboration d’un cadre épistémologique ? Le dossier de ce MIDÉO cherche à comprendre la source de l’autorité du ḥadīṯ au sens de souveraineté intellectuelle, à saisir la réalité de cette autorité en tant que « texte » (matn), à questionner l’étendue des champs du savoir dans lesquels le ḥadīṯ fait autorité.

Cliquer ici pour accéder aux articles.

Iǧtihād et taqlīd dans l’islam sunnite et šīʿite

Appel à contribution pour le MIDÉO 36 (2021)

Dans le contexte du réformisme musulman apparu dès le XVIIIe siècle, certaines voix de l’islam se sont élevées contre la pratique du taqlīd (suivisme), accusée d’être responsable du déclin du monde islamique. À l’instar de Muḥammad b. ʿAbd al-Wahhāb (m. 1792), des yéménites salafistes al-Ṣanʿānī (m. 1768) et al-Šawkānī (m. 1834), du revivitaliste moghol Šāh Walī Allāh (m. 1762 ?) ou encore des penseurs égyptiens Muḥammad ʿAbduh (m. 1905) et Rašīd Riḍā (m. 1935), tous ont appelé, en s’appuyant notamment sur la pensée d’Ibn Taymiyya (m. 728/1328), à la pratique renouvelée d’une réflexion sur l’islam (iǧtihād), et au dépassement du suivisme des écoles juridiques, considéré comme sclérosant.

Dans ce contexte, il s’en est suivi une critique acérée du taqlīd et une mise en valeur appuyée de l’iǧtihād, l’un et l’autre étant pensés, dans le paradigme du réformisme, comme antagonistes1.

Ce discours et cette manière de concevoir le taqlīd et l’iǧtihād ont été très largement assumés par les orientalistes. Pour autant, Norman Calder et Sherman Jackson ont montré que cette vision est réductrice : elle rend insuffisamment compte de l’émergence et du développement de chaque concept, elle ne traite pas de leur articulation, tant dans le domaine des uṣūl al-fiqh que dans celui des uṣūl al-dīn, et elle ignore les contextes politiques2. Dans cette perspective, la connotation négative du taqlīd en islamologie serait en partie une projection des modernes (Ahmed Fekry)3.

Pour autant, si les portes de l’iǧtihād n’ont jamais été « fermées » (Hallaq)4, la majorité des savants à partir du Ve/XIe siècle, à l’instar d’al-Ǧuwaynī (m. 478/1085), a soutenu la thèse selon laquelle l’islam, comme système religieux, est achevé5. Il s’est affirmé une conception de l’histoire marquée par l’apogée du développement juridique et théologique à la fois d’un point de vue qualitatif et quantitatif, si bien que toute évolution est vue comme altération voire déliquescence de l’islam. Mais l’iǧtihād n’a pas été aboli et il est resté intégré à la réflexion savante. En revanche, c’est la prédominance du taqlīd que les réformateurs ont remis en cause.

On peut alors se demander comment, et par l’activité intellectuelle de quels acteurs sociaux, chaque paradigme fonde sa légitimé, son hégémonie.

Au niveau théologique, dans un contexte caractérisé par l’influence du soufisme, les partisans du taqlīd ont montré que les savants pouvaient être illuminés de la lumière de la prophétie : leurs enseignements sur la connaissance et la volonté de Dieu sont donc sûrs. Dans cette perspective, les récits hagiographiques des éponymes des écoles de fiqh ont constitué des marqueurs de cette proximité avec la lumière prophétique. Quant aux partisans de l’iǧtihād, ils ont mis en exergue le devoir pour chaque croyant de chercher dans les sources et de n’accepter aucun avis sans en avoir extrait les preuves par lui-même (Ibn Qayyim, m. 751/1350)6. Cependant, cette perspective, défendue notamment par les ahl al-ḥadīṯ s’accompagne aussi d’une interrogation fondamentale sur l’autorité des enseignements du Prophète et de ceux des compagnons. Suivre les compagnons n’est-ce pas une forme de taqlīd ? Ce qui est reproché aux éponymes des écoles juridiques ne pourrait-il pas être appliqué aux épigones du Prophète ?

Au-delà de ces débats théologiques, le déploiement du taqlīd ou de l’iǧtihād s’est aussi inscrit au sein de stratégies politiques : dans l’histoire du fiqh et des maḏhab-s, l’iǧtihād a été un instrument politique pour s’extraire de l’enseignement d’une école tandis que le taqlīd a permis de justifier une position conservatrice. Il a pu être aussi un vecteur de stabilité et de gouvernabilité7. Mais, d’un autre côté, si le taqlīd des différentes écoles semble disconvenir à l’unité de la umma comme expression humaine de l’unicité divine, la pluralité des avis fondés par la pratique du taqlīd a aussi garanti en islam une forme de pluralisme qui constitue une ressource contre la tentation d’uniformisation ou d’homogénéisation promue au sein d’une vision postmoderne8. Cela n’est donc pas sans susciter débat. À l’époque classique, au sein même de l’ašʿarisme, al-Ġazālī (m. 505/1111) accepte la doctrine selon laquelle, si les écoles ont des verdicts contradictoires, elles ont toutes raison, tandis que Faḫr al-Dīn al-Rāzī (m. 606/1209 ?) et Šihāb al-Dīn al-Qarāfī (m. 684/1285) la refusent. Le théologien ḥanbalite Ibn Taymiyya (m. 728/1328) s’oppose aussi sur ce point à al-Ġazālī dans sa critique du taqlīd.

La relation entre le taqlīd et l’iǧtihād est donc complexe. Le dossier de ce MIDÉO se propose d’approfondir les deux logiques à la lumière du patrimoine islamique. L’histoire de la pensée islamique montre que l’on a établi en effet des distinctions entre les principes fondamentaux (uṣūl) et les branches du fiqh (furūʿ), que l’on a élaboré des relations avec des notions connexes (iḫtilāf, ittibāʿ, iǧmāʿ, tarǧīḥ), que l’on a évalué de manière différente le taqlīd (ḥarām, maḏmūm, mubāḥ), ou encore établi des distinctions de degrés d’iǧtihād. Il s’agira par conséquent d’investir ces différentes notions connexes. On soulignera les discours théologiques de légitimité ou de réfutation, mais aussi leur articulation, parfois paradoxale, à l’instar de la critique ġazālienne des philosophes9. Au-delà de la rivalité entre les deux logiques, il conviendra de vérifier si l’on reste bien dans un continuum, et que si les perspectives hégémoniques sont rivales, elles ne sont pas incompatibles10.

1 Peters, Rudolph, « Idjtihâd and Taqlîd in 18th and 19th Century Islam », Die Welt des Islams 20, 1980, p. 131‒146.

2 Calder, Norman, « Taḳlid », The encyclopedia of Islam, new edition, p. 137‒138.

3 Fekry, Ahmed, « Rethinking the TaqlīdIjtihād Dichotomy: A Conceptual-Historical Approach », Journal of the American Oriental Society, Vol. 136, No. 2, 2016, p. 285‒303.

4 Hallaq, Wael B., « Was the Gate of Ijtihad Closed? », International Journal of Middle East Studies, Vol. 16, No. 1, 1984, p. 3‒41.

5 Nagel, Tilman, Die Festung des Glaubens. Triumph und Scheitern des islamischen Rationalismus im 11. Jahrhundert, Munich, C. H. Beck, 1988. Voir : Gilliot, Claude, « Quand la théologie s’allie à l’histoire : triomphe et échec du rationalisme musulman à travers l’œuvre d’al- Ǧuwaynī », Arabica, T. 39, Fasc. 2, 1992, p. 241‒260.

6 Abdul Rahman Mustafa, On Taqlīd. Ibn al-Qayyim’s Critique of Authority, Oxford University Press, 2013.

7 Rapoport, Yossef, « Legal Diversity in the Age of Taqlīd: The Four Chief Qāḍīs under the Mamluks », Islamic Law and Society, Vol. 10, No. 2, 2003, p. 210‒228.

8 Shahab, Ahmed, What is Islam? The Importance of Being Islamic, Princeton University Press, 2016.

9 Al-Ġazālī, The Incoherence of the Philosophers (tahāfut al-falāsifa), a parallel English-Arabic text, translated, introduced, and annotated by Michael E. Marmura, Provo, Utah, Brigham Young University Press, 2000, p. 2‒3. Voir : Griffel, Frank, « Taqlīd of the Philosophers: al-Ġazālī’s Initial Accusation in his Tahāfut », dans Sebastian Günther (ed.), Ideas, Images, and Methods of Portrayal. Insights into Classical Arabic Literature and Islam, Leiden-Boston, Brill, 2005, p. 273‒296.

10 Jackson, Sherman, Islamic Law and the State: The Constitutional Jurisprudence of Shihāb al-Dīn al-Qarāfī, Leiden, E. J. Brill, 1996.

Théologie musulmane des religions

Dans le contexte contemporain d’émergence d’une théologie musulmane des religions, ce numéro du MIDÉO aborde cette thématique à partir d’un regard historique qui permet d’évaluer la place accordée aux religions du point de vue islamique. À côté des réfutations (rudūd) à l’encontre des juifs, chrétiens, zoroastriens ou factions musulmanes hétérodoxes, de la vision classique où toutes les religions sont perçues comme des expressions ou manifestations religieuses déformées de la vraie religion qu’est l’islam, l’histoire est aussi celle de courants ou de penseurs qui envisagent les autres religions dans leur authenticité. Il s’agit dès lors d’apprécier un apport original et nécessaire de chaque religion dans une histoire pensée comme voulue par Dieu. Comme le montrent certaines contributions, le renouvellement de cette perspective n’est pas sans incidence sur le regard et le statut normatif accordé aux non-musulmans.

Cliquer ici pour accéder aux articles.

Qu’est-ce que commenter en Islam ?

Les articles rassemblés dans le MIDÉO 32 reprennent la plupart des contributions présentées au colloque organisé par l’Idéo les 14, 15 et 16 janvier 2016 au Caire sur le thème « Les sciences de l’islam, entre répétition et innovation : qu’est-ce que commenter en islam ? » qui concluait le Projet des 200.

La question du commentaire est en effet devenue incontournable au point d’être considérée comme le mode par excellence de l’activité intellectuelle (Saleh). Les articles ici rassemblés permettent une confrontation aux sources afin de vérifier la pertinence de la grille des fonctions du commentaire identifiées par Wisnovsky et contribuent à une meilleure connaissance des auteurs du patrimoine arabo-musulman. Le volume intègre aussi un article important de théologie des religions du P. Rémi Chéno, un article sur l’épistémologie théologique d’Ibn Ḥazm (m. 456/1064) de Cordoue et présente enfin les enjeux de la « Déclaration de Marrakech » du 27 janvier dernier.

Cliquer ici pour accéder aux articles.

Théologie musulmane des religions

Appel à contributions : MIDÉO 33 (2018)

Islam et religions. La thématique n’est pas nouvelle. À l’époque du Early Islam, elle renvoie aux relations et interactions entre musulmans et non musulmans. Elle s’inscrit aux premiers siècles de l’islam dans le cadre de traités sur les dogmes et les pratiques des différentes « sectes » et religions. Elle répertorie les multiples Réfutations (rudūd) à l’égard des juifs, chrétiens, zoroastriens ou factions musulmanes hétérodoxes et traite de la question juridique (fiqh) des droits et des devoirs des non-musulmans et de ceux des musulmans, de part et d’autre1.

Depuis les années quatre-vingt, sous l’influence notamment de la théologie chrétienne, la question fait l’objet d’une étude renouvelée. Il s’agit d’interroger la vision du Coran, de la Sunna ou de tels penseurs musulmans à l’égard des non musulmans et de leurs religions. Dans cette perspective, certains ont cherché à évaluer si les paradigmes de l’exclusivisme, de l’inclusivisme et du pluralisme mis en avant au sein d’une théologie chrétienne des religions pouvaient être mobilisés pour rendre compte des visions de l’islam sur les religions non musulmanes2. Ainsi, des penseurs ou des philosophes interrogent le Coran et mettent d’ores et déjà en lumière l’existence de versets « pluralistes »3.

Une théologie musulmane des non musulmans et des religions se dessine. Nombreuses questions lui sont liées, classiques au demeurant : Quel rôle Dieu attribue-t-il ou attend-il des non musulmans ? Comment juge-t-il les actes accomplis par un non musulman en vue de le servir ou de servir l’humanité4 et quelle valeur attribuer à sa religion dans la transmission de vertus spirituelles ? Quel est le statut théologique et juridique des livres des autres religions5 ? Peut-on envisager le salut pour le non musulman et sa religion comme une voie de salut6 ?

Le MIDÉO 33 (2018) consacre un dossier à cette thématique et accueille la publication d’articles ou d’éditions de texte qui permettent de contribuer à la mise en perspective d’une théologie musulmane des religions.

Calendrier

Les articles doivent être soumis à la direction du MIDÉO en format .doc et .pdf avant le 1er avril 2017 à en suivant scrupuleusement les recommandations stylistiques de la revue. Après lecture « en aveugle » par deux rapporteurs, les auteurs sont informés dans les trois mois qui suivent de l’acceptation ou non de leur article. Les épreuves sont corrigées à l’automne 2017 et la publication est prévue pour le premier trimestre 2018.

(1) Yohann Friedmann, Tolerance and Coercion in Islam Interfaith Relations in the Muslim Tradition, Cambridge University Press, 2006.
(2) Mahmoud Ayoub, ‘‘Islam and the Challenge of Religious Pluralism” in Global Dialogue 2, 1, Winter 2000, p. 53‒64.
(3) Adnane Mokrani, « Le pluralisme religieux dans le Coran », MIDÉO 28, 2010, p. 279‒293.
(4) Mortaza Motahari, Divine Fair, Tehran, Sadra Publication, 2000.
(5) Camilla Adang, Muslim Writers on Judaism and the Hebrew Bible: From Ibn Rabban to Ibn Hazm, Leiden, 1996 ; Éric Chaumont, « Nous et la loi des autres : La question du statut des lois antérieurement révélées (sharʿ man kāna qablanā) en théorie légale sunnite » dans Droits et culture, Mélanges en l’honneur du Doyen Yadh Ben Achour, Tunis, Centre de publication universitaire, 2008, p. 83-105.
(6) Emmanuel Pisani, « Hors de l’islam point de salut ? Eschatologie d’al-Ġazālī », MIDÉO 30, 2014, p.139-184.

Tables des matières des MIDÉO

À ce jour, 34 numéros du MIDÉO ont paru. À partir du numéro 31, le MIDÉO est publié par l’Ifao et est accessible gratuitement en ligne sur OpenEdition. Pour acheter les volumes imprimés (y compris les anciens numéros), merci de contacter l’Ifao.

MIDÉO 1 (1954)

Première édition : 1954, Dār al-Maʿārif (Le Caire, Égypte), 195 pages. Réimpression : 1975, Librairie du Liban (Beyrouth, Liban).

Notices et extraits
  • Jomier, Jacques. « Un grand roman de la condition humaine, typiquement égyptien : Yūsof al-Sibāʿī, al-Saqqā māt, Le Caire – Khānjī 1952, 19 × 13 cm., 527 p. ». 143‒149.
  • Jomier, Jacques. « Un livre récent sur la femme : Al-Bahiy al-Khūlī, al-Marʾa bayn al-bayt wa-l-mojtamaʿ, Le Caire – Dār al-Kitāb al-ʿArabī 1953, in 8°, 148 p. ». 150‒159.
  • Jomier, Jacques. « Deux contributions à l’histoire moderne de l’enseignement en Égypte : Moḥammad ʿAbd al-Jawwād, Taqwīm Dār al-ʿOlūm (1872‒1947), Le Caire – Dār al-Maʿārif 1952, 25 × 28 cm. XXVI + 921 p., très nombreuses photographies ». 160‒162.
  • Beaurecueil, Serge de. « Un nouveau commentaire des Manāzil al-sāʾirīn ». 163.
  • Anawati, Georges C. « Un manuscrit de la Ḥikma mashriqiyya d’Ibn Sīnā ». 164‒165.
  • Jomier, Jacques. « Roger Rémondon, Papyrus grecs d’Apollônos Anô, Le Caire – Ifao 1953, 32 × 25 cm., XVI +252 p., 12 planches ». 166.
  • Jomier, Jacques. « J. Jomier, Le Maḥmal et la caravane égyptienne des pèlerins de La Mecque (XIIIᵉ‒XXᵉ siècles), Le Caire – Ifao 1953, in 8°, XVI + 242 p., 6 pl. hors-texte ». 166‒167.
Nouvelles culturelles
  • Anawati, Georges C. « Le département culturel de la Ligue arabe ». 171‒181.
  • Anawati, Georges C. « L’institution Franklin pour l’édition et la diffusion des livres ». 181‒183.
  • Anawati, Georges C. « Les publications de la Bibliothèque nationale (Dār al-Kotob) ». 184‒186.
  • Beaurecueil, Serge de. « L’Institut copte et ses Cahiers ». 186‒187.
  • Jomier, Jacques. « Le Centre d’études orientales de la Custodie franciscaine de Terre-Sainte, Sharee el-Bendaka No. 12, Mousky, Le Caire ». 187‒188.
  • Beaurecueil, Serge de. « Les Mardis de Dār el-Salām ». 188‒189.
  • Beaurecueil, Serge de. « Les publications du Dayr al-Soryān ». 189‒190.
  • Beaurecueil, Serge de. « Le second volume de la collection Anṣāriyyāt ». 190‒191.
  • Jomier, Jacques. « À propos d’al-Azhar ». 191‒194.

MIDÉO 2 (1955)

Première édition : 1955, Dār al-Maʿārif (Le Caire, Égypte), 392 pages. Réimpression : 1989, Peeters (Louvain, Belgique).

Articles
Notices et extraits
  • Baladi, Naguib. « La Terre (al-arḍ) de ʿAbd el-Raḥmān el-Sharqāwī ». 307‒310.
  • Beaurecueil, Serge de. « Jésus vu par un écrivain persan contemporain ». 311‒312.
  • Beaurecueil, Serge de. « Identification de commentaires anonymes des Manāzil al-sāʾirīn ». 313‒314.
  • Beaurecueil, Serge de. « Les lacunes de l’édition du commentaire de ʿAbd al-Moʿṭī sur les Manāzil ». 315‒320.
  • Anawati, Georges C. « Index bibliographique de livres arabes parus en Égypte en 1954 ». 321‒340.
  • Khodeiri, Maḥmoud el-. « Autour de deux opuscules d’Avicenne traduits en latin ». 341‒350.
  • Anawati, Georges C. « L’œuvre scientifique du Congrès d’Avicenne de Téhéran (21‒30 avril 1954) ». 351‒356.
Nouvelles culturelles
  • Académie de la Langue arabe. 357‒360.
  • Élaboration de nouveau vocables. 360‒365.
  • Annuaire culturel du Ministère de l’instruction publique. 366‒368.
  • Les traductions arabes : Ligue arabe et Ministère de l’instruction publique. 368‒369.
  • Shakespeare en arabe. 369‒370.
  • Le projet des mille volumes. 370.
  • Franklin Institute. 371.
  • Institut des manuscrits arabes. 371‒373.
  • Institut des hautes études arabologiques. 373‒375.
  • Centre d’études de Dār el-Salām. 375‒376.
  • Institut des hautes études coptes. 376‒377.
  • Institut d’Égypte. 377.
  • Société des études islamiques. 377‒378.
  • School of Oriental Studies. 378‒379.
  • Nādī l-qissa (Club du roman). 379‒380.
  • Collection « Les maîtres de la pensée occidentale ». 380.
  • Dār al-kotob (Le Caire). 381.
  • Comité d’Avicenne. 381.
  • Cahiers d’histoire égyptienne. 381.
  • Centre d’études orientales de la Custodie franciscaine de Terre-Sainte. 381.
  • Cahiers coptes. 382.
  • Institut français d’archéologie orientale. 382.
  • Traductions arabes de l’Unesco. 382‒383.
  • L’Année psychologique égyptienne. 383.
  • École des langues. 384.
  • Mort de Ahmad Amin. 384‒385.
  • Mort de Ettore Rossi. 385.
  • Miscellanea. 385‒386.
  • Chronique de l’Idéo. 386‒388.
Livres reçus
  • Pages 388‒390.

MIDÉO 3 (1956)

Première édition : 1956, Dār al-Maʿārif (Le Caire, Égypte), 492 pages.

Articles
Notes et documents
  • Munajjed, Ṣalāḥuddīn al. « Morceaux choisis du Livre des moines ». 349‒358.
  • Munajjed, Ṣalāḥuddīn al. « Règles pour l’édition des textes arabes » (traduction de Georges C. Anawati). 359‒374.
  • Kritzeck, James. « Une majmūʿa philosophique à Princeton ». 375‒380.
  • Anawati, Georges C. « Le manuscrit Nour Osmaniyye 4894 ». 381‒386.
  • Jomier, Jacques. « Écoles et universités d’Égypte, corrigenda et addenda ». 387‒390.
  • Boilot, Dominique J. « Bibliographie d’al-Bērūnī, corrigenda et addenda ». 391‒396.
  • Anawati, Georges C. « Index bibliographique de livres arabes parus en Égypte en 1955 ». 397‒418.
Nouvelles culturelles
  • Ligue arabe : Institut des manuscrits arabes. 419‒421. Institut des hautes études arabologiques. 421‒425. Shakespeare en arabe. 425‒426. Deuxième Congrès arabe des sciences. 426‒427. Le Congrès des Académies (Damas 1956). 427‒430.
  • Ministère de l’éducation nationale : Le projet des mille volumes. 431‒437. Réédition de textes classiques. 437‒438. Le Conseil supérieur des arts et des lettres. 438‒439. Thèses de doctorat ès-lettres. 449‒454. Dar al-Kotob. 454. Comité d’Avicenne. 454‒455. Annuaire culturel (al-Sijill al-thaqafi). 455. Diogène en arabe. 455.
  • Académie de la Langue arabe : Conférences. 456. Transcription des mots étrangers. 456‒457. La langue et les sciences. 457‒463. Correction de noms géographiques. 463‒464. La langue du théâtre. 464‒467.
  • Institutions diverses : Institut d’Égypte. 467‒468. Institut français d’archéologie orientale. 468. School of Oriental Studies (The American University at Cairo). 468‒470. Centre d’études de Dar el-Salam. 470‒471. Le Congrès islamique (al-Moʾtamar al-islāmī). 471‒478. Musée copte. 478‒ 479. Musée d’art islamique. 479. Centre d’études orientales de la Custodie franciscaine de Terre-Sainte. 479‒480. Les Cahiers coptes. 480.
  • Miscellanea : Les Cahiers d’histoire égyptienne. 480‒481. Millénaire d’Avicenne. 481. Franklin Institute. 481‒483. L’Histoire de Bayhaqī traduite du persan à l’arabe. 484‒485. Nouvelles brèves. 485. Mort du Professeur E. Lévi-Provençal. 485‒486. Chronique de l’Idéo. 486‒487.
Livres reçus
  • Pages 487‒490.

MIDÉO 4 (1957)

Première édition : 1957, Dār al-Maʿārif (Le Caire, Égypte), 390 pages.

Articles
Notes et documents
  • Ḥussein, Ṭāhā. « Le cheikh Moṣṭafā ʿAbd el-Rāzeq tel que je l’ai connu » (traduction de Georges C. Anawati). 247‒254.
  • Teissier, Henri. « Le ẓolm dans le Coran d’après le Docteur Kāmel Ḥussein ». 255‒261.
  • Qalamāwī, Soheir. « La critique littéraire et le nationalisme arabe » (traduction Henri Tessier). 262‒268.
  • Jomier, Jacques. « L’exégèse scientifique du Coran d’après le cheikh Amīn al-Khoulī ». 269-280. (Contient la traduction française par Paulin Caspar d’un extrait d’un texte de Amīn al-Khoulī sur l’exégèse du Coran).
  • Anawati, Georges C., Caspar, Robert & Khodeiri, Maḥmūd el. « Une somme inédite de théologie moʿtazilite : le Moghnī du Qāḍī ʿAbd al-Jabbār ». 281‒316.
Nouvelles culturelles
  • Ligue arabe : Institut des manuscrits arabes. 317‒320. Institut des hautes études arabologiques. 321‒326.
  • Ministère de l’éducation nationale : Le Congrès des écrivains arabes (Le Caire, 9‒16 décembre 1957). 326‒357. Dar al-Kotob. 357. Comité d’Avicenne. 357. Bulletin culturel (al-Nashra l-thaqāfiyya l-miṣriyya). 357‒358.
  • Académie de la langue arabe : Revue de l’Académie. 358‒360. Vocabulaire des termes techniques. 360‒373.
  • Institutions diverses : Institut d’Égypte. 373. School of Oriental Studies (American University at Cairo). 374. Centre d’études de Dar El-Salam. 375. Les Cahiers coptes. 375‒376.
  • Miscellanea : Les Cahiers d’histoire égyptienne. 376. Aegyptiaca Christiana. 376‒377. al-Majalla. 377‒378. Franklin Institute. 378‒380. Ars Orientalis. 380‒382. Nouvelles brèves. 382‒384. Mort du Professeur Louis Keimer. 384‒385. Chronique de l’Idéo. 385‒386.
Livres reçus
  • Pages 386‒388.

MIDÉO 5 (1958)

Première édition : 1958, Dār al-Maʿārif (Le Caire, Égypte), 484 pages.

Articles
Notes et documents
  • Roemer, Hans Robert. « Documents et archives de l’Égypte islamique ». 237‒252.
  • Madkour, Ibrahim. « Le traité des catégories du Shifāʾ ». 253‒278.
  • Anawati, Georges C. « Contribution à l’étude de l’arabe parlé du Caire ». 279‒332.
  • Hakki, Yahya. « L’escalier en colimaçon » (traduction de Jean-Philippe Lachèse). 333‒344.
  • Anawati, Georges C. « Introduction à l’histoire des drogues dans l’antiquité et le Moyen Âge ». 345‒366.
  • Jomier, Jacques. « Quatre ouvrages en arabe sur le Christ ». 367‒386.
  • Anawati, Georges C. « Textes arabes anciens édités en Égypte au cours de l’année 1958 ». 387‒416.
  • Khodeiri, Mahmoud el. « Deux nouvelles sections du Moghnī du Qāḍī ʿAbd al-Jabbār ». 417‒424.
Nouvelles culturelles
  • Ligue arabe : Institut des manuscrits arabes. 425‒427. Institut des hautes études arabologiques. 428‒429.
  • Ministère de l’éducation nationale : Faculté des lettres d’Alexandrie. 429‒431.
  • Académie de la langue arabe : Revue de l’Académie. 431‒433. La simplification de l’écriture arabe. 433‒435.
  • L’Azhar : Résumé de l’entretien entre le recteur d’al-Azhar et l’ambassadeur du Canada. 436‒439. Interview du Cheikh al-Azhar concernant les attaques des communistes irakiens contre l’Islam. 440‒443. Un sermon à al-Azhar sur la révolution opérée par l’Islam. 443‒445. Statistiques. 445.
  • Institutions diverses : Centre de coopération scientifique de l’Unesco. 446‒447. Revue de l’Institut des études islamiques. 447. Institut des hautes études coptes. 447‒448. Centre d’études orientales de la Custodie franciscaine de Terre-Sainte. 449. Centre d’études de Dar el-Salam. 449‒450. Franklin Institute. 451‒453.
  • Notices nécrologiques : La mort de Mansour Fahmi. 453‒455.
Livres reçus
  • Pages 455‒458.
In memoriam Youssef Karam
  • Anawati, Georges C. « Témoignages d’amis et de collègues ». 459‒460.
  • Hubert, Amand. « Youssef Karam, sa ville natale et son idéal ». 460‒462.
  • Baladi, Naguib. « Intransigeance et accueil en philosophie arabe contemporaine ». 463‒471.
  • Madkour, Ibrahim. « Youssef Karam, le collègue ». 471‒473.
  • Youssef Moussa, Mohammad. « Mon ami très cher le professeur Youssef Karam ». 473‒476.
  • Amin, Osman. « Youssef Karam le philosophe ». 476‒479.
  • Wahba, Mourad. « Youssef Karam est mort ». 479‒481.
  • Quelques références bibliographiques. 481.

MIDÉO 6 (1959‒1961)

Première édition : 1959‒1961, Dār al-Maʿārif (Le Caire, Égypte), 564 pages.

Articles
Notes et documents
  • Madkour, Ibrahim. « Introduction à la Métaphysique du Shifāʾ ». 281‒308.
  • Khodeiri, Maḥmoud el. « Lexique arabo-latin de la Métaphysique du Shifāʾ ». 309‒324.
  • Jomier, Jacques. « Deux extraits des Souvenirs de M. Yaḥyā Ḥaqqī » (textes traduits en français par Bertrand Couturier). 325‒334.
  • Jomier, Jacques. « Un trop beau rêve par M. Tharwat Abāza ». 335‒336.
  • Madkour, Ibrahim. « Le dictionnaire arabe au XXᵉ siècle ». 337‒345.
  • Anawati, Georges C. « Note sur deux ouvrages récents de lexicographie arabe ». 346.
  • Munajjed, Ṣalāḥuddīn el. « Catalogue des manuscrits arabes de l’Ambrosienne de Milan ». 347‒351.
  • Anawati, Georges C. « Un nouvel ouvrage de paléographie arabe ». 352.
  • Anawati, Georges C. (traducteur). « L’alchimie du bonheur, d’Ibn ʿArabī (Kimyāʾ al-saʿāda) ». 353‒386.
  • Beaurecueil, Serge de. « Esquisse d’une biographie de Khāwāja ʿAbdallāh Anṣārī : III. Index ». 387‒402.
  • Bannerth, Ernst. « Une chanson populaire de pèlerinage ». 403‒404.
  • Beck, Edmund. « Les Houris du Coran et Éphrem le Syrien » (traduction de Réginald de Sá). 405‒408.
  • Jacob, Jean. « Maximes et proverbes populaires arabes ». 409‒422.
  • Anawati, Georges C. « En marge de Ḥadīqat al-Nabī. Le Dr Saroit Okacha interprète de Khalil Gibrane ». 423‒432.
Nouvelles culturelles, par Georges C. Anawati
  • Ligue arabe : Institut des manuscrits arabes. 433‒433. Département culturel de la Ligue arabe. 438‒439. Institut des hautes études arabologiques. 440‒441.
  • Ministère de l’éducation nationale : Faculté des lettres d’Alexandrie. 442‒444. L’Institut d’études islamiques de Madrid. 444‒448.
  • Académie de la langue arabe : Revue de l’Académie. 448‒450. La poésie arabe et les théories occidentales et modernes. 450‒453. Termes agricoles et culturels. 453‒456. Comment certains termes politiques ont passé dans la langue arabe. 456‒459.
  • Ministère de la culture et de l’orientation nationale : Dar al-Kotob. 459‒464. Éditions de textes. Traductions. Ouvrages originaux. 464‒467. La bibliothèque culturelle (al-Maktaba l-thaqafiyya). 467‒469. Nouveaux dictionnaires. 469‒470.
  • Ministère des wakfs : Concours d’études islamiques. 470‒471. Concours d’été pour les étudiants des Universités et des Instituts supérieurs. 471. Minbar al-Islam. 472‒473.
  • L’Azhar : La nouvelle loi portant sur la réorganisation de l’Azhar. 473‒484.
  • Institutions diverses : Les publications du Centre d’éducation de base (Asfec) de Sirs El-Layyan. 485‒493. Centre de coopération scientifique de l’Unesco. 493. Université américaine du Caire. 493‒494. Institut archéologique allemand. Le départ du Professeur H. Roemer. 494‒495. Centre culturel hispanique du Caire. 495‒498. Centre d’études de Dar El-Salam. 498‒501. Institut d’Égypte. 502‒503. Centre de documentation pédagogique. 503‒504. Centre franciscain d’études orientales chrétiennes. 504‒505. Séminaire franciscain oriental de Guizeh. 505‒506. Comité d’Avicenne. 506. Institut d’études orientales de la Bibliothèque patriarcale d’Alexandrie. 506‒508. Franklin Institute. 508‒512.
  • Miscellanea : La Revue du Caire. 512‒513. Nour El-Hayat. 514. Bibliographie des livres arabes nouvellement parus. 514‒515. Revues bibliographiques. 515. Catalogue du British Museum. 515‒517. Nouvelles brèves. 517‒520. La mort de Yassā ʿAbd al-Masīḥ. 520‒521.
  • Chronique de l’Idéo. 522‒526.
Livres reçus
  • Pages 527‒532.
In memoriam Mahmoud al-Khodeiri
  • Anawati, Georges C. « Témoignages d’amis et de collègues ». 533-534.
  • Témoignage d’Ibrahim Madkour. 535-536.
  • Témoignage de Louis Gardet. 536.
  • Témoignage d’Ibrahim El-Ibyari. 536‒537.
  • Témoignage de Naguib Baladi. 537‒539.
  • Témoignage d’Osmane Amine. 539‒542.
  • Témoignage de ʿAbdulrahman Badawi. 542‒543.
  • Témoignage de Fouad El-Ahwani. 543‒545.
  • Quelques références bibliographiques. 545‒546.
  • كلمة الأستاذ سعيد زايد. 547.
  • كلمة الدكتور فؤاد الأهوانى. 551‒548.
  • كلمة الدكتور عثمان أمين. 554‒551.
  • كلمة الأستاذ إبراهيم الأبيارى. 555.
  • كلمة الأستاذ لويس جارديه. 556.
  • كلمة الدكتور إبراهيم مدكور. 557‒556.
  • جورج شحاتة قنواتى. «ذكرى الفقيد محمود الخضيرى». 560‒558.

MIDÉO 7 (1962‒1963)

Première édition : 1962‒1963, Dār al-Maʿārif (Le Caire, Égypte), 432 pages.

Articles
Notes et documents
  • Monnot, Jourdain. « Un nouvelliste égyptien, Moḥammad ʿAbd al-Ḥalīm ʿAbdallāh ». 187‒192.
  • ʿAbd al-Ḥalīm ʿAbdallāh, Mohammad. « Plus heureux » (traduction Jourdain Monnot). 193‒197.
  • Anawati, Georges C. « Entretien avec Moḥammad ʿAbd al-Ḥalīm ʿAbdallāh ». 198.
  • Abāza, ʿAzīz. « Chawki ». 199‒206.
  • Corbon, Jean. « La zakāt : étude philologique ». 207‒218.
  • Beaurecueil, Serge de. « Le neuvième centenaire lunaire de la mort de Khwāja ʿAbdollāh Anṣārī Harawī ». 219‒235.
  • Beaurecueil, Serge de. « Les publications de la Société d’histoire d’Afghanistan ». 236‒240.
  • Nautin, Pierre. « Conseils d’un ami pour un cours de méthodologie ». 241‒246.
  • Jomier, Jacques. « Cas de conscience et jeûne de Ramadan ». 247‒252.
  • Alvès de Sá, Réginald. « Une traduction portugaise de la Moqaddima d’Ibn Khaldoun ». 253‒258.
  • Monnot, Jourdain. « L’enseignement supérieur en R. A. U ». 259‒266.
  • Anawati, Georges C. « Le vocabulaire de la culture de M. Mahmoud Teymour ». 267‒330.
Nouvelles culturelles
  • Ligue arabe : Institut des Manuscrits arabes. 331‒333. Institut des hautes études arabologiques. 333‒335.
  • Ministère de l’éducation nationale : Université d’Assiout. 335‒340. Faculté des lettres d’Alexandrie. 340‒341. Institut d’études islamiques de Madrid. 341‒345.
  • Académie de la langue arabe : Revue de l’Académie. 345‒348. Les académiciens actuellement vivants. 348‒367. Langue arabe et langue portugaise. 367‒371.
  • Ministère de la culture et de l’orientation : Dār al-Kotob. 371‒372. L’annuaire culturel. 372‒374.
  • Azhar et ministère des waqfs : La pensée musulmane moderne et ses relations avec l’impérialisme occidental. 374‒382. Majallat al-Azhar. 382‒386.
  • Institutions diverses : Centre national des recherches sociales et criminologiques. 386‒388. Centre de coopération scientifique de l’Unesco. 388‒389. Centre de documentation pédagogique. 389‒390. Comité d’Avicenne. 390. Le Moghnī du qāḍī ʿAbd al-Jabbār. 390. Franklin Institute. 390. Société d’archéologie copte. 390‒391. Institut d’Égypte. 392. Institut d’études orientales de la Bibliothèque patriarcale d’Alexandrie. 392‒394. Centre franciscain d’études orientales chrétiennes. 394‒395. Centre d’études de Dār el-Salām. 395‒398. Séminaire copte-catholique de Maʿādī. 398‒399.
  • Miscellanea : Mélanges Ṭāhā Ḥussein. 400‒401. La revue bibliographique arabe (Majallat al-maktabat l-ʿarabiyya). 401‒402. République Arabe Unie, Annuaire 1963. 402‒404. Histoire de la civilisation égyptienne. 404. Mission de l’Unesco. 404‒405 .
  • Chronique de l’Idéo : La mort du T. R. P. Jaussen. 405‒406. La mort du Professeur Louis Massignon. 406‒409. Le congrès des études arabes de Cordoue. 409‒412. Nouvelles diverses. 412‒414.
Livres reçus
  • Pages 415‒429.
In memoriam
  • Le docteur Mohammad Youssef Mousa. 430.

MIDÉO 8 (1964‒1966)

Première édition : 1964‒1966, Dār al-Maʿārif (Le Caire, Égypte), 611 pages.

Articles
Notes et documents
  • Jomier, Jacques. « Notes littéraires : I. En lisant Youssef Idriss ; II. Le Journal d’une doctoressede Nawāl al-Saʿdāwī ; III. Ghālī Shokrī et la critique littéraire ». 323‒344.
  • Vial, Charles. « Évolution du roman arabe moderne en Égypte de 1870 à 1938 » (thèse de ʿAbd al-Moḥsen Ṭāhā Badr). 345‒350.
  • Amīn al-ʿAlim, Mahmud. « ʿAbd el-Rahman Badawi marche-t-il dans une voie sans issue ? » (traduction Georges C. Anawati & J. Binoche). 351‒358.
  • Dumas, Réginald (Jean). « Interview du Dr Kamel Hussein ». 359‒367.
  • Kamel Hussein, Mohammed. « Coopération internationale et paix mondiale » (traduit de l’anglais par Mourad Saheb). 368‒382.
  • Madkour, Ibrahim. « Les termes scientifiques dans l’arabe contemporain ». 383‒388.
  • Madkour, Ibrahim. « Culture arabe et culture européenne ». 389‒394.
  • Jomier, Jacques. « Une vie de Moḥammad, apôtre de la liberté ». 395‒400.
  • Beaurecueil, Serge de. « Jāmī et Khwāja ʿAbdallāh Anṣārī ». 401‒406.
  • König, Franziskus. « Le monothéisme dans le monde contemporain » (traduction de l’anglais par Mourad Saheb). 407‒422.
  • Yafi, Sami el-. « Un nouvel instrument de travail pour les recherches coraniques ». 423‒430.
Nouvelles culturelles
  • Ligue des États arabes : Direction culturelle. 431‒434. Institut des Manuscrits arabes. 434‒436. Institut des hautes études arabologiques. 436‒438.
  • Académie de la langue arabe : Revue de l’Académie. 439‒443. Travaux, études, conférences. 443‒448. La terminologie technique. 448‒449. Congrès de Bagdad. 449‒450. Les académiciens actuels. 450‒459.
  • Ministère de l’enseignement supérieur : Le nouveau ministre. 459. Les études philosophiques. 459‒460. Les études persanes. 460‒461. Université de ʿAyn Shams. 461‒462. Université d’Alexandrie : Bulletin of the Faculty of Arts. 462‒464. Thèses universitaires. 464‒467. Institut d’Études islamiques de Madrid. 467‒468.
  • Ministère de la culture : La nouvelle organisation ministérielle. 469. Dār al-Kotob. 469‒470. Le legs de l’humanité. 470‒471. Les revues du ministère. 471‒472. Feue al-Qiṣṣa. 473‒477.
  • Conseil supérieur pour les arts, les lettres et les sciences sociales : Publications du Conseil. 477‒478.
  • L’Azhar : Majallat al-Azhar. 479‒480.
  • Institutions diverses : Bureau culturel afghan. 481. Centre culturel hispanique. 481‒482. Centre de coopération scientifique de l’Unesco. 482‒484. Centre de documentation pédagogique. 484. Centre d’études de Dār el-Salām. 484‒486. Centre franciscain d’études orientales chrétiennes. 486‒487. Didascalée. 488. Institut archéologique allemand. 488‒489. Institut culturel allemand. 489‒490. Institut culturel italien. 490‒491. Institut d’Égypte. 491‒492. Institut d’études orientales de la Bibliothèque patriarcale d’Alexandrie. 492‒493. Institut français d’archéologie orientale. 493‒494. Séminaire copte-catholique de Méadi. 494‒495. Société d’archéologie copte. 495‒498. Université américaine du Caire. 498.
  • Notices nécrologiques : In memoriam Bichr Farès. 499‒506. Mort du R. P. A. d’Alverny, S.J. 506‒507. Mort du R. P. Manuel Alonso, S.J. 507. Le cheikh Moḥammad Yūsof Mūsā. 507‒509.
  • Miscellanea : Cahiers d’Alexandrie. 510. Comité d’Avicenne. 510. Le Moghnī du qāḍī ʿAbd al-Jabbār. 510. Encyclopédie arabe (Franklin Institute). 510‒511. Nouvelles brèves. 511‒513.
  • Chronique de l’Idéo. 514‒516.
Recensions
  • Pages 517‒598.
Livres reçus
  • Pages 599‒607.

MIDÉO 9 (1967)

Première édition : 1967, Dār al-Maʿārif (Le Caire, Égypte), 356 pages.

Articles
Notes et documents
  • Moreau, René-Luc. « Note sur le pèlerinage à la Mekke vécu au Sénégal aujourd’hui ». 215‒220.
  • Monnot, Guy Jourdain. « Jalal Al-é Ahmad, écrivain iranien d’aujourd’hui ». 221‒225.
  • Ahmad, Jalal Al-é. « Le pèlerinage » (traduction Guy Jourdain Monnot). 226‒238.
  • Jomier, Jacques. « Avec Dieu (Maʿa llāh), un livre de spiritualité musulmane ». 239‒249.
  • Labigne, Henri. « Les fondements de l’africanité, ou négritude et arabisme » (textes de Léopold S. Senghor présentés par Henri Labigne). 251‒270.
  • Anawati, Georges C. « Textes arabes anciens édités en Égypte en 1966 et 1967 ». 271‒278.
  • Anawati, Georges C. « Livres arabes parus récemment en Égypte ». 279‒286.
  • Jomier, Jacques. « Note sur quelques manuscrits arabes se trouvant en Éthiopie ». 287‒293.
Nouvelles culturelles
  • Académie de la Langue arabe : Madkour, Ibrahim. « Académie de la langue arabe et Académie française ». 295‒303. Revue de l’Académie arabe (Majallat Majmaʿ al-logha l-ʿarabiyya). 303.
  • Bibliothèque nationale (Dār al-Kotob) : Un centre d’étude des manuscrits à la bibliothèque nationale. 304‒308. Publications (1966‒1967). 308. Livres disponibles (imprimés par la Bibliothèque nationale) 308‒310.
  • Institutions diverses : Guide bibliographique des valeurs culturelles arabes (Unesco, section du Caire). 310‒318. Une revue de haute culture, al-Majalla. 318‒328. Centre d’études de Dar el-Salam. 328‒329.
  • Chronique de l’Idéo : Mort du P. Cyprien Rice. 330. Nouvelles diverses. 330‒332.
  • Anawati, Georges C. « Notices nécrologiques : Yusof Mourad ». 332‒333. « Professeur Paul Wilpert ». 333‒334.
Recensions
  • Pages 335‒342.
Livres reçus
  • Pages 343‒348.
Appendice
  • Jomier, Jacques. « La tragédie de Hallaj, jouée au Caire ». 349‒354.

MIDÉO 10 (1970)

Première édition : 1970, Dār al-Maʿārif (Le Caire, Égypte), 401 pages.

Articles
Notes et documents
  • Madkour, Ibrahim. « Le livre de l’Interprétation du Shifāʾ ». 249‒258.
  • Koenig, Franz. « L’influence de Zoroastre dans le monde » (traduit et présenté par Guy Monnot). 259‒270.
  • Feteiḥ, Moḥammad. « Invocations pour les moments de la journée » (traduction Jacques Jomier). 271‒290.
  • Madkour, Ibrahim. « La commission de la philosophie arabe ». 291‒300.
  • Carré, Olivier. « Jamal al-Din al-Afghani a-t-il lu la Moqaddima d’Ibn Khaldun ? » 301‒316.
  • Jomier, Jacques. « Quelques contes et romans récents ». 317‒328.
  • Kenny, Joseph. « Bibliography of Islam in the north of Nigeria and surrounding areas ». 329‒340.
  • Ghali, Wagdi Rizk. « Arabic dictionaries : An annotated comprehensive bibliography ». 341‒366.
Recensions
  • Pages 367‒386.
Nouvelles culturelles
  • Jomier, Jacques. « Le Colloque international sur l’histoire du Caire (27 mars‒5 avril 1969) ». 387‒392.
Miscellanea
  • Monnot, Jourdain. « Publications arabes en Iran ». 393‒395.
  • Livres reçus. 396‒400.

MIDÉO 11 (1972)

Première édition : 1972, Dār al-Maʿārif (Le Caire, Égypte), 590 pages.

Articles
Notes et documents
  • Beaurecueil, Serge de. « Présentation d’Anṣārī ». 291‒300.
  • Madkour, Ibrahim. « Massignon le mystique ». 301‒306.
  • Panella, Emilio. « A Panjabi Sufi poet : Bulleh Shah (1680‒1758) ». 307‒313.
  • Monnot, Guy. « Adieux à ʿAbdallāh ». 315‒326.
  • Chartier, Marc. « Du doute à la foi, l’itinéraire spirituel d’un musulman contemporain ». 327‒341.
  • Madkour, Ibrahim. « Palerme, centre de culture arabe ». 343‒348.
  • Jomier, Jacques. « Notes de lectures ». 349‒352.
  • Boilot, Dominique Jacques. « Maître Abul-Rayḥān al-Bērūnī, un précurseur de la science moderne et du dialogue culturel au XIᵉ siècle ». 353‒364.
  • Moreau, René Luc. « Religion et traditions au Sénégal ». 365‒374.
Nouvelles culturelles
  • Ligue des États arabes : Institut des manuscrits arabes. 375‒377.
  • Académie de la langue arabe : Travaux, études et conférences (al-Boḥūth wal-moḥāḍarāt), compte rendus des sessions de 1964 à 1970. 377‒383. La revue de l’Académie, tomes 20-16 (1966‒1970). 383‒390.
  • Ministère de l’éducation et de l’enseignement : Ḥilmi Mourad, M. « Comment la science peut-elle devenir le fondement de la construction du pays ? ». 390‒398.
  • Ministère de la culture : Le legs de l’humanité (Torāth al-insāniyya), tomes I à VIII. 398‒417.
  • Conseil supérieur des arts, des lettres et des sciences sociales : Colloque sur les termes techniques de philosophie. 417‒434.
  • L’Azhar : Le Dr Moḥammad al-Faḥḥām, cheikh al-Azhar. 435‒436. Entretien avec le cheikh al-Azhar : le pèlerinage du XXᵉ siècle. 436‒443.
  • Ministère des waqfs : Un article du ministre des waqfs. 443‒447.
  • Conseil supérieur des affaires islamiques. 447‒448. Visite au Vatican du secrétaire général des Affaires islamiques du Caire. 448‒450.
  • Institutions diverses : Centre d’études de Dār El-Salām. 450‒452. Centre du Livre. 452. American Research Center in Egypt. 452‒453. Centre franciscain d’études orientales chrétiennes. 453‒454. Centre culturel hispanique. 454. Institut français d’archéologie orientale. 454‒463. Institut d’Égypte. 463‒464. Institut italien de culture. 464‒465. Institut allemand d’archéologie du Caire. 465‒466. Université américaine du Caire. 466‒472. Institut d’études orientales de la Bibliothèque patriarcale d’Alexandrie. 472‒473. Institut hollandais d’archéologie et d’études arabes. 473. Société d’archéologie copte. 473‒475. Institut des hautes études coptes. 475. Société égyptienne d’études historiques. 475‒476.
  • Miscellanea : Les éditions Dār al-Kalima à Beyrouth. 476‒479. Mémorial Ibn ʿArabī. 479. Une nouvelle édition d’al-Fotūḥāt al-makkiyya d’Ibn ʿArabī. 479‒480. Cahiers d’histoire égyptienne. 480‒482. Jamāʿat Apollo et la Rābiṭat al-adab al-ḥadīth. 482. Une thèse à la Sorbonne sur la philosophie de l’art musulman. 482‒484. Nouvelles brèves. 484‒488.
  • Notices nécrologiques. 488‒492.
  • Chronique de l’Idéo. 492‒498.
Recensions
  • Pages 499‒533.
Livres reçus
  • Pages 535‒542.
In memoriam Fouad Sayyed
  • Pages 543‒586.

MIDÉO 12 (1974)

Première édition : 1974, Dār al-Maʿārif (Le Caire, Égypte), 384 pages.

Articles
Notes et documents
  • Alvès de Sá, Réginald. « Musique égyptienne ». 187‒194.
  • Madkour, Ibrahim. « Al-Bīrūnī et Ibn Sīnā, représentants d’une époque et d’une culture ». 195‒201.
  • Daniel, Norman. « Le P. Moubarac et le dialogue islamo-chrétien » (traduit de l’anglais par Georges C. Anawati). 203‒210.
  • Fiey, Jean Maurice. « Les études syriaques et les manuscrits arabes chrétiens de Paris ». 211‒216.
  • Platti, Emilio. « Deux manuscrits théologiques de Yaḥyā b. ʿAdī ». 217‒229.
  • Louca, Anouar. « La correspondance de Max van Berchem ». 231‒236.
  • Jomier, Jacques. « Les tristesses d’une ville ». 237‒242.
  • Ghali, Wagdy Rizk. « Arabic dictionaries : An annotated comprehensive bibliography. supplement ». 243‒287.
Nouvelles culturelles
  • Les écrivains et la guerre : “Nous avons franchi la défaite” par Tewfik al-Hakim. 289. “L’âme retrouvée” par Naguib Mahfouz. 289‒290. “Il a quitté la vie après que le désespoir eut quitté l’âme de l’Égypte” : hommage à Taha Hussein, par Tewfik al-Hakim. 290‒291.
  • Ligue des États arabes : Congrès sur l’unité et la diversité de la culture arabe. 292‒293. Institut des manuscrits arabes. 293.
  • Académie de la langue arabe : Les membres de l’Académie. 293‒294. La revue de l’Académie (Majallat Majmaʿ al-logha al-ʿarabiyya). 295‒301. Autres publications de l’Académie. 301. Le vocabulaire de la culture de Mahmoud Teymour. 301.
  • Institutions diverses : Centre d’études de Dār el-Salām. 302‒303. Institut d’Égypte. 303‒304. Institut français d’archéologie orientale. 304‒307. Université américaine du Caire. 307-310. Autres institutions. 310‒311.
  • Notices nécrologiques : Hommage à Taha Hussein. 312‒313. Von Grünebaum nous a quitté. 313‒314. Mort de Régis Blachère. 314‒315. Décès du Dr Mahmoud Qassem. 315‒316.
  • Miscellanea : L’activité littéraire. 316‒320. La vie universitaire et savante. 320‒321. Traduction arabe au Liban d’anciens textes chrétiens. 322‒323.
  • Chronique de l’Idéo. 323‒328.
Recensions
  • Pages 329‒375.
Livres reçus classés par matières
  • Pages 377‒382.

MIDÉO 13 (1977)

Première édition : 1977, Dār al-Maʿārif (Le Caire, Égypte), 484 pages.

Articles
Notes et documents
  • Platti, Emilio. « Une compilation théologique de Yaḥyā b. ʿAdī par al-Ṣafī b. al-ʿAssāl ». 291‒303.
  • Beaurecueil, Serge de. « Le millénaire lunaire de la naissance de Khwāja ʿAbdollāh Anṣārī Harawī ». 305‒314.
  • Monnot, Guy. « Un inédit de Dār al-Kotob : le Kitāb al-mathālib d’Ibn al-Kalbī ». 315‒321.
  • Avicenne. « Les divisions des sciences intellectuelles » (traduction de Georges C. Anawati). 323‒335.
  • Fanjul, Serafin. « Le mawwāl blanc ». 337‒348.
Nouvelles culturelles
  • Académie de langue arabe : Publications de l’Académie. 349. Le vocabulaire des sciences sociales. 349‒368.
  • Institutions diverses : Centre culturel hispanique d’Alexandrie. 368‒369. Centre culturel hispanique du Caire. 369‒370. Centre d’études de Dār el-Salām. 370. Centre franciscain d’études orientales chrétiennes. 370‒372. Centre polonais d’archéologie méditerranéenne. 372‒373. Institut allemand d’archéologie. 374. Institut français d’archéologie orientale. 374‒378. Section égyptienne de l’Unesco. 378‒379. Université américaine du Caire. 379‒381.
  • Notices nécrologiques : Le Docteur Mourad Kâmel. 381‒382. Moḥammad Rashād ʿAbd al-Moṭṭalib. 382‒383. Le Père Georges Nassour, o.p. 383‒384. Le Père Zakarias Remiro, s.m.a. 384. Serge Sauneron. 384‒385.
  • Miscellanea : La Nouvelle Revue du Caire. 386. Congrès international de coptologie. 387‒392. Colloque al-ʿAshūrāʾ à Beyrouth. 393‒394. « La civilisation arabe entre l’authenticité et le renouveau ». 394‒396. nouvelles brèves. 396‒397.
  • À travers les livres. 397‒406.
Recensions
  • Pages 407‒469.
Livres reçus classés par matières
  • Pages 471‒476.
In memoriam
  • Alvès de Sá, Réginald. « In memoriam Prof. Dr Ernst Bannerth ». 477‒482.

Tables générales, tomes 1‒13 (1954‒1977), Dressées par Jean-Maurice Fiey, Librairie du Liban, Beyrouth,1980, 134‒٣٠pages.

MIDÉO 14 (1980)

Première édition : 1980, Librairie du Liban (Beyrouth, Liban), 511 pages.

Articles
Notes et documents
  • Madkour, Ibrahim. « Science et philosophie en terre d’Islam ». 263‒270.
  • Jomier, Jacques. « Une énigme persistante : l’Évangile dit de Barnabé ». 271‒300.
  • Monnot, Guy. « Les noms divins de puissance dans le Moghnī ». 301‒316.
  • Michot, Jean. « Le commentaire avicennien du verset “Puis il se tourna vers le ciel…” : édition, traduction, notes ». 317‒328.
  • Sabanegh, Edouard S. « Débats autour de l’application de la loi islamique (sharīʿa) en Égypte ». 329‒384.
  • Anawati, Georges C. « Pour l’histoire du dialogue islamo-chrétien en Égypte : l’Association des Frères sincères (Ikhwān al-Ṣafāʾ) 1941‒1953 ». 385‒395.
  • Anawati, Georges C. « Notices nécrologiques : Henry Corbin, Philip Hitti, Jules Leroy, Naguib Baladi, Sami Gabra, Mary Kahil ». 396‒397.
  • Anawati, Georges C. « In memoriam Osmane Amin : Allocution du Dr Ibrahīm Madkour, Allocution du Dr Sulaymān Hozayyen ». 398‒404.
Nouvelles culturelles
  • Jomier, Jacques. Azhar : Le décès du Grand Imam, Cheikh al-Azhar. 405‒407. Bourses pour étudiants étrangers venant à l’Azhar. 407‒408. Rencontre al-Azhar—Vatican. 409. Le nouveau Cheikh al-Azhar. 409. Approbation officielle par l’Azhar des accords de Camp David. 409.
  • Anawati, Georges C. Ministère des Waqfs : Le mouvement de la Hijra wal-takfīr. 410.
  • Anawati, Georges C. Institutions diverses : Université de ʿAyn Shams. 410‒412. Société d’archéologie copte. 412. Institut français d’archéologie orientale du Caire. 412‒413. Centre du livre. 413. Centre culturel français. 413‒414. American Research Center (A. R. C. E.) 414‒415. American University in Cairo. 415. Collège de la Sainte-Famille des RR. PP. Jésuites. 415‒416. Institut hollandais. 416. Institut italien de culture. 416‒417. Institut d’Égypte. 417‒418.
  • Anawati, Georges C. Colloques et Congrès : Congrès thomiste pour le septième centenaire de S. Thomas d’Aquin. 418. Colloque de la Napoule 1976. 418‒419. Université catholique de Louvain : Colloque sur l’humanisme musulman. 419. Colloque islamo-chrétien de Mölding 31 mai-4 juin 1977. 419. Septième centenaire d’Averroès. 419‒420. Congrès international de philosophie médiévale (29 août‒3 septembre 1977 à Bonn). 420. Congrès international sur Aristote (7‒14 août 1978 à Thessalonique). 420. Congrès des arabisants (1‒7 septembre 1978 à Amsterdam). 420.
  • Miscellanea : Islamic Scholarship ? Un compte-rendu du Professeur Montgomery Watt sur le livre de Patricia Crone et Michael Cook, Hagarism : The Making of the Islamic World, Cambridge, 1977, traduction par G. C. Anawati. 421‒422.
Recensions
  • Pages 423-502.
Livres reçus
  • Pages 503-511.

MIDÉO 15 (1982)

Première édition : 1982, Librairie du Liban (Beyrouth, Liban), 359 pages.

Articles
Notes et documents
  • Daniel, Norman. « Edward Said and the orientalists ». 211‒222.
  • Madkour, Ibrahim. « Avicenne en Orient et en Occident ». 223‒230.
  • Michot, Jean. « Tables de correspondance des Taʿlīqāt d’al-Fārābī, des Taʿlīqāt d’Avicenne et du Liber aphorismorum d’Andrea Alpago ». 231‒250.
  • Taylor, Richard C. « Neoplatonic texts in Turkey ». 251‒264.
  • Alvès de Sá, Réginald. « Les Buhrah ». 265‒270.
  • Jomier, Jacques (introduction) & Lachèse, Jean-Philippe (traduction). « La philosophie du loup » (traduction d’un extrait de al-Iḫwān wa-l-ṯawra de Ḥasan al-Ašmāwī). 271‒282.
Nouvelles culturelles
  • Jomier, Jacques & Anawati, Georges C. Azhar : Le nouveau Cheikh al-Azhar. 283. La Revue de l’Azhar. 283‒288. Islam et occidentalisation. 288‒292. Consultations juridiques (fatāwī). 292‒295.
  • Anawati, Georges C. Ministère des waqfs : Le nouveau ministre des waqfs, le Cheikh Zakariyya El-Birrī. 295‒297.
  • Jomier, Jacques. Institutions diverses : Institut français d’archéologie orientale du Caire. 297‒298. La célébration du centenaire de l’Ifao. 298‒301. American University in Cairo. 301‒302. American Research Center in Egypt (A. R. C. E. ) 302‒304. Institut allemand d’archéologie. 304‒305. Centre culturel espagnol. 305‒306. Centre franciscain d’études orientales chrétiennes. 306.
  • Anawati, Georges C. Colloques et congrès : Colloque sur l’Égypte au dix-neuvième siècle à Aix-en-Provence, juin 1979. 306. Colloque sur le Coran à Canberra, mai 1980. 307. Colloque sur Albert le Grand à Cologne, septembre 1980. 307. Congrès des arabisants à Edinburgh, septembre 1980. 307. Deuxième congrès international des études coptes à Rome, septembre 1980. 307. Colloque sur Avicenne à l’occasion de son millénaire à Budapest, octobre 1980. 307‒308. Colloque sur Avicenne à l’occasion de son millénaire à Damas, octobre 1980. 308.
  • Anawati, Georges C. Miscellanea : Textes arabes anciens édités en Égypte en 1976 (complément). 308. The Al-Kindī Society. 308‒309. Abstracta Iranica. 309. Nouvelles brèves de l’Idéo. 309‒310.
In memoriam
  • Jomier, Jacques. « Le Père Jean-M. ʿAbd al-Jalīl (1904‒1979) ». 311‒312.
  • Jomier, Jacques. « Le Grand Imam, le Dr Moḥammad Moḥammad al-Faḥḥām (1894‒1980) ». 312‒313.
  • Anawati, Georges C. « Le Professeur ʿAbd al-ʿAzīz al-Ahwānī (m. 1980) ». 313‒314.
  • Fiey, Jean Maurice. « Le Père Paul Nwiya, s.j. (1925‒1980) ». 314‒315.
  • Fiey, Jean Maurice. « Le Père Richard J. McCarthy, s.j. (1913‒1981) ». 315‒316.
Recensions
  • Pages 317‒352.
Livres reçus
  • Pages 353‒359.

MIDÉO 16 (1983)

Première édition : 1983, Librairie du Liban (Beyrouth, Liban), 400 pages.

Articles
Notes et documents
  • Albin, Michael W. « The Library of Congress office in Cairo : A retrospection on twenty years ». 229‒236.
  • Madkour, Ibrahim. « Les œuvres d’Averroès et la Commission arabe du Caire ». 237‒246.
  • Albin, Michael W. « Preliminary bibliography of Arabic books printed by the Dominican fathers in Mosul ». 247‒260.
  • Zananiri, Gaston. « Alexandrie, au reflet de la mémoire ». 261‒274.
  • Mercado, Eliseo R. « Notes on the Moros of the Philippines ». 275‒288.
  • Jomier, Jacques. « Les fondements de la loi musulmane ». 289‒292.
  • Ḥussein, Kamel. « Le commentaire “scientifique” du Coran : une innovation absurde ». 293‒300.
Nouvelles culturelles
  • Jomier, Jacques. Azhar. La renaissance d’al-Azhar et son expansion : Instituts et Universités. 301‒302.
  • Platti, Emilio. Institutions diverses : Centre culturel espagnol. 303. Centre polonais d’archéologie méditerranéenne. 304‒305. Institut néerlandais d’archéologie et d’études arabes. 305‒306. Centre franciscain d’études orientales chrétiennes. 306‒307. Centre de documentation et d’études économiques, juridiques et sociales (Cedej). 307‒310. Société d’archéologie copte. 310‒311. Institut allemand d’archéologie. 311‒312. Université américaine du Caire. 312‒314.
  • Anawati, Georges C. Miscellanea. Notes brèves : L’œuvre algébrique d’al-Khayyām. 314. La doctrine astronomique de Thābit Ibn Qurra. 314. Carrefour de philosophie arabo-musulmane (Evora et Faro – 1982). 314. Colloque culturel du monde méditerranéen (Bari – 1982). 315. Comités latin et arabe d’Averroès. 315. Colloques islamo-chrétiens. 315‒316. L’association “al-Ikhāʾ al-dīnī”. 316. Conférences de M. Pierre Rondot. 316. Album du Progrès égyptien : Regards sur la France. 316‒317. La revue al-Foṣūl. 317. Publications de théologie spirituelle. 317. Conseil pontifical pour la Culture. 317‒318. Chronique de l’Idéo. 318.
Recensions
  • Pages 319‒394.
Livres reçus
  • Pages 395‒400.

MIDÉO 17 (1986)

Première édition : 1986, Librairie du Liban (Beyrouth, Liban), 389 pages.

Articles
Notes et documents
  • Burrell, David B. « Aristotelian aporetic ontology in Islamic and Christian thinkers ». 235‒238.
  • Daniel, Norman. « L’Islam et la naissance des collèges en Europe ». 239‒246.
  • Gaffney, Patrick D. « The office of al-wāʿiẓ and the revival of preaching in Egypt ». 247‒256.
  • Platti, Emilio. « Études arabes chrétiennes ». 257‒264.
  • Madkour, Ibrahim. « Massignon, le grand arabisant ». 265‒269.
Nouvelles culturelles
  • Anawati, Georges C. « Le centenaire de Louis Massignon au Caire ». 271‒283.
  • Morelon, Régis. « Institut français d’archéologie orientale : chronique des publications récentes ». 284‒294.
Recensions
  • Pages 295-379.
Livres reçus
  • Pages 381-389.

MIDÉO 18 (1988)

Première édition : 1988, Librairie du Liban (Beyrouth, Liban), 461 pages.

Articles
Notes et documents
  • Albin, Michael W. « An essay on early printing in the Islamic lands with special relation to Egypt ». 335‒344.
  • Daniel, Norman. « Dialogue euro-arabe : Symposium de Hambourg, 11–15 avril 1983 ». 345‒352.
  • Fiey, Jean Maurice. « Le mystérieux traducteur : le « Patrice », une hypothèse ». 353‒358.
  • Lachèse, Jean-Philippe. « Le voyage d’un Iranien en Europe à la fin du XIXᵉ siècle ». 359‒371.
Nouvelles culturelles
  • Morelon, Régis. Institut français d’archéologie orientale : chronique des publications récentes. 373‒385.
  • Anawati, Georges C. Centre de documentation et d’études économiques, juridique et sociales (Cedej). 386‒397.
  • Anawati, Georges C. Informations diverses : Centre franciscain d’études orientales chrétiennes. 397‒398. Institut néerlandais d’archéologie et d’études arabes. 398‒399. Présence de Louis Massignon. Hommages et témoignages. 399‒402. Le Professeur Ibrahim Madkour à l’honneur. 402‒404.
In memoriam
  • Anawati, Georges C. « Le cheikh Aḥmad Ḥasan El-Bāqūrī (1907–1985) ». 405.
  • Anawati, Georges C. « Le père Joseph Cuoq (1917–1986) ». 406.
  • Anawati, Georges C. « Louis Gardet (1904–1986) ». 406‒407.
  • Anawati, Georges C. « Le frère Martin, Edouard Sabanegh (1916–1985) ». 407-409.
Recensions
  • Pages 411‒456.
Livres reçus
  • Pages 457‒461.

MIDÉO 19 (1989)

Première édition : 1989, Peeters (Louvain, Belgique), 485 pages.

Articles
Notes et documents
  • Jomier, Jacques. « Naguib Mahfouz, prix Nobel 1988 ». 403‒406.
  • Delacampagne, Christian. « Le quartier de Mounira, au Caire ». 407‒409.
  • Morelon, Régis. « Institut français d’archéologie orientale : chronique des publications récentes ». 410‒414.
  • Une nouvelle collection, « Islam spirituel », aux éditions Verdier, Paris. 415.
In memoriam
  • Alvès de Sá, Réginald. « Ramadan (1920–1988) ». 417‒418.
  • Anawati, Georges C. « Le père Dominique Boilot, o.p. (1912‒1989) ». 418‒421.
Recensions
  • Pages 423‒482.
Livres reçus
  • Pages 483‒485.

MIDÉO 20 (1991)

Première édition : 1991, Peeters (Louvain, Belgique), 597 pages.

Articles
Notes et documents
  • Anawati, Georges C. « En marge du Congrès islamo-chrétien de Strasbourg (décembre 1990) ». 505‒510.
  • Anawati, Georges C. « Institut français d’archéologie orientale : chronique des publications récentes ». 511‒516.
  • Morelon, Régis. « Création d’une association internationale et d’une revue consacrées à l’histoire des sciences et de la philosophie arabes ». 517‒519.
In memoriam
  • Morelon, Régis. « Le père Marie-Dominique Chenu, o.p. (1895―1990) ». 521‒527.
Recensions
  • Pages 529-594.
Livres reçus
  • Pages 595-597.

MIDÉO 21 (1993)

Première édition : 1993, Peeters (Louvain, Belgique), 648 pages.

Articles
Notes et documents
  • Rashed, Roshdi. « Congrès sur l’avenir de la culture arabe tenu au Caire du 2 au 6 août 1992 » (traduction Georges C. Anawati & Régis Morelon). 563‒567.
  • Platti, Emilio (présentaion). « Farag Foda, à propos de certaines opinions de Jacques Berque » (contient une interview de Farag Foda traduite en français par Samir Arbache). 567‒571.
  • Anawati, Georges C. & Morelon, Régis. « Institut français d’archéologie orientale : chronique des publications récentes ». 572‒577.
In memoriam
  • Anawati, Georges C. « Norman Daniel ». 579‒581.
  • Daniel, Norman (†). « Magdi Wahba ». 581‒583.
  • Anawati, Georges C. « Muḥammad ʿAbd al-Hādī Abū Rīdah ». 583‒584.
Recensions
  • Pages 585-641.
Livres reçus
  • Pages 643-648.

MIDÉO 22 (1995)

Première édition : 1995, Peeters (Louvain, Belgique), 508 pages.

Articles
Notes et documents
  • Morelon, Régis. « Note sur les Œuvres d’astronomie de Thābit b. Qurra ». 413‒416.
  • Regourd, Anne. « Talismans et magie autour de la mosquée des Omeyyades ». 416‒420.
  • Cuypers, Michel & Morelon, Régis. « Institut français d’archéologie orientale : chronique des publications récentes ». 421‒430.
In memoriam
  • Cortabarría Beitia, Ángel. « Réginald Alvès de Sá, o.p. (1918‒1994) ». 431‒433.
  • Allard, André. « Simone Van Riet (1919‒1993) ». 433‒435.
  • Khodeiry, Zeynab el-. « Abou al-Wafâ al-Taftâzânî (1930‒1994) ». 435‒436.
Recensions
  • Pages 437-503.
Livres reçus
  • Pages 505-508.

MIDÉO 23 (1997)

Première édition : 1997, Peeters (Louvain, Belgique), 574 pages.

Histoire des sciences
Études religieuses
Bulletin
Notes et documents
  • Hasnawi, Ahmad. « Une transcription en caractères hébraïques non identifiée d’al-Fawz al-aṣghar de Miskawayh (Oxford, Bodl. Pococke 181) ». 447‒453.
  • Fiey, Jean-Maurice (†). « À travers l’hagiographie syriaque ». 453‒463.
  • Monnot, Guy. « Pakistan — troisième génération ». 463‒470.
In memoriam
  • Platti, Emilio. « Jean-Maurice Fiey, o.p. (1914‒1995). » 471‒473.
  • Morelon, Régis. « Pierre Claverie, o.p., évêque d’Oran (1938‒1996). » 473‒477.
  • Khodeiry, Zeynab M. el-. « Ibrahim Madkour (1902‒1995) ». 477‒479.
  • Cortabarría Beitia, Ángel. « Don Emilio García Gómez (1905‒1995) ». 480‒481.
Recensions et livres reçus
  • Pages 483‒574.

MIDÉO 24 (2000)

Première édition : 2000, Peeters (Louvain, Belgique), 547 pages.

Articles
Bulletins
Notes et documents
  • Jomier, Jacques. « L’index du Grand commentaire de Fakhr al-Dīn al-Rāzī ». 423‒434.
  • Van Mol, Mark. « Arabic language and vocabulary acquisition ». 434‒440.
In memoriam
  • Morelon, Régis. « Osman Yahia (1919‒1997) ». 441‒447.
Recensions et livres reçus
  • Pages 449-547.

MIDÉO 25‒26 (2004)

Première édition : 2004, Peeters (Louvain, Belgique), 607 pages.

Articles
Bulletins
Notes et documents
  • « La nouvelle bibliothèque de l’Idéo — bibliothèque Georges Chehata Anawati — inaugurée le 19 octobre 2002 ». 485‒499.
  • Urvoy, Marie-Thérèse. « La question de l’arabisation des Mozarabes ». 499‒506.
  • Morelon, Régis & Lachèse, Jean-Philippe. « À l’occasion des mélanges offerts en hommage au père Jacques Jomier, o.p., le 1ᵉʳ juin 2002 ». 506‒509.
  • Morelon, Régis. « “Les dominicains et les mondes musulmans”, colloque publié dans Mémoire dominicaine ». 509‒510.
  • Morelon, Régis & Hasnawi, Ahmad. « Une nouvelle collection : “Les Cahiers du MIDÉO” ». 510‒513.
In memoriam
  • Lachèse, Jean-Philippe et alii. « Père Jean Richard, o.p. (1922‒2003) ». 515‒517.
  • Khodeiry, Zeynab M. el-. « ʿAbd al-Raḥmān Badawī (1917‒2002) ». 517‒520.
Recensions et livres reçus
  • Pages 521-607.

MIDÉO 27 (2008)

Première édition : 2008, Peeters (Louvain, Belgique), 561 pages.

Hommage à Serge de Laugier de Beaurecueil
Articles
Bulletin
Notes et documents
In memoriam :
  • Morelon, Régis. « Professeur Roger Arnaldez (1911‒2006) ». 425‒428.
  • Déclais, Jean-Louis. « Professeur Alfred-Louis de Prémare (1930‒2006) ». 429‒432.
  • Blanquart, Paul. « Frère Jean-Pierre Courtès, o.p. (1937‒2007) ». 432‒435.
  • Gaudeul, Jean-Marie. « Père Robert Caspar, M.Afr. (1923‒2007) ». 435‒440.
  • Dye, Dominique. « Henri (frère Irénée) Dalmais, o.p. (1914‒2006) ». 440‒442.
  • Morelon, Régis. « Professeur Muhsin Mahdi (1926‒2007) ». 442‒444.
  • Hernández Martín, Ramón. « Frère Ángel Cortabarría Beitia, o.p. (1919‒2008) ». 444‒451.
Recensions
  • Pages 453‒541.
Livres reçus
  • Pages 543‒550.
Les « Cahiers du MIDÉO » 3 et 4
  • Pages 551‒556.
Dominicains au Caire
  • Pages 557‒561.

MIDÉO 28 (2010)

Première édition : 2010, Peeters (Louvain, Belgique), 644 pages.

Hommage à Jacques Jomier
Articles
Rencontres islamo-chrétiennes
  • 1. Platti, Emilio. « Le Forum islamo-chrétien au Vatican, 4‒6 novembre 2008 ». 236‒253.
  • 2. Réunions du Comité conjoint pour le dialogue entre al-Azhar et le Vatican. 253‒268.
    • « Final declaration of the annual meeting of the Joint Committee for Dialogue of the Permanent Committee of al-Azhar for Dialogue Among the Monotheistic Religions and the Pontifical Council for Interreligious Dialogue (Cairo, 25‒26 February 2008) ». 253‒255.
    • Du Grandlaunay, René-Vincent. « La foi en Dieu et l’amour du prochain comme fondements du dialogue islamo-chrétien ». 255‒267.
    • « Final declaration of the annual meeting of the Joint Committee for Dialogue of the Pontifical Council for Interreligious Dialogue (Vatican) and the Permanent Committee of al-Azhar for Dialogue Among the Monotheistic Religions (Cairo, Egypt), Rome 24‒25 February 2009 ». 267‒268.
  • 3. Burrell, David. « Christians and Muslims breathe a new spirit : Fischer Lecture, University of Cambridge ». 269‒279.
  • 4. Mokrani, Adnane. « Le pluralisme religieux dans le Coran : le cas des traductions italiennes ». 279‒293.
  • 5. The fourth forum for al-Azhar graduates : al-Azhar and the West, the scope and governing principles of dialogue (Cairo, 28‒30 June 2009). 293‒294.
Bulletin
  • Gilliot, Claude. « Textes arabes anciens édités en Égypte au cours des années 2004‒2006 ». 295‒568.
Notes et documents
  • Hulsman, Cornelis. « Christian activists’ contributions to Christian migration from Egypt ». 569‒592.
  • Segaert, Barbara. « In-between spaces : Christian and Muslim minorities in transition in Europe and the Middle East ». 593.
  • « World Prize for the Book of the Year of the Islamic Republic of Iran attribué à Michel Cuypers, membre de l’Idéo ». 594‒596.
  • « University Award from Kafr as-Shaykh University given to Dr. Giuseppe Scattolin, member of IDEO ». 596‒598.
In memoriam
  • Pérennès, Jean Jacques. « Jean-Philippe Lachèse, o.p. (1928‒2009) ». 599‒602.
Recensions
  • Pages 603‒644.

MIDÉO 29 (2012)

Première édition : 2012, Peeters (Louvain, Belgique), 546 pages.

Articles
Bulletins
  • Gilliot, Claude. « Textes arabes anciens édités en Égypte au cours des années 2004 à 2006 : Index operum » (index des ouvrages recensés dans le Bulletin des textes anciens édités en Égypte 2006‒2006, MIDÉO 28, par René-Vincent du Grandlaunay). 177‒187.
  • Gilliot, Claude. « Textes arabes anciens édités en Égypte au cours des années 2007 à 2009 ». 189‒373.
Notes et documents
  • Deux documents exceptionnels d’al-Azhar : 1, Document sur l’avenir de l’Égypte ; 2, Déclaration d’al-Azhar et des intellectuels sur l’ordonnance des libertés fondamentales [en français et en arabe]. 375‒392.
  • Décret de la nomination du Dr. Giuseppe Scattolin, membre de l’Idéo et du comité de rédaction du MIDÉO, en tant que membre correspondant de l’Académie de langue arabe d’Égypte. 392.
  • Connery, Ben & Drouin, Rémi. « Jamāl al-Bannā : Portrait of a Muslim intellectual ». 393‒418.
  • Hulsman, Cornelis. « Discrepancies between Coptic statistics in the Egyptian census and estimates provided by the Coptic Orthodox Church ». 419‒482.
In memoriam
  • Pérennès, Jean-Jacques. « Xavier Eïd (1919‒2009) ».483‒484.
  • Chakhtoura, Elias. « Toufic Fahd (1923‒2009) » (contient sa bibliographie). 484‒493.
  • جوزيف سكاتولين. «ذكرياتي مع أ. د. عاطف العراقيّ، مفكّرًا وفيلسوفًا، في ذكر المفكّر المصريّ الجليل أ. د. عاطف العراقيّ الّذي توفّي يوم الأربعاء، ٢٠١٢/٢/٢٩». 493‒498.
Recensions
  • Pages 499‒535.
Livres reçus
  • Pages 537‒546.

MIDÉO 30 (2014)

Première édition : 2014, Peeters (Louvain, Belgique), 361‒٥٢ pages.

Dossier Ghazālī (m. 1111)
Articles
Édition de texte
In memoriam
  • Pérennès, Jean Jacques. « Étienne Renaud (1936‒2013) ». 321‒322.
Recensions
  • Pages 323‒341.
Bulletin de l’Idéo 2004‒2013
  • Commémoration des soixante ans de l’Idéo (1953‒2013). 344‒346.
  • Dimanche 9 juin 2013 : célébration des 60 ans de l’Idéo. 346‒347.
  • Les publications des membres de l’Idéo (2004‒2013). 348‒358.
  • Les « Cahiers du MIDÉO ». 358‒360.
  • Les publications de la Georges Anawati Stiftung. 361.

MIDÉO 31 (2015)

Première édition : 2015, Institut français d’archéologie orientale (Le Caire, Égypte), [XI]‒295 pages. Édition électronique sur Revues.org.

Liminaire
  • Pages [VII]‒[XI].
Dossier : Les études sur le Coran, vers une herméteutique plurielle
Recensions
  • Pages [253]‒295.

MIDÉO 32 (2017)

Première édition : 2017, Institut français d’archéologie orientale (Le Caire, Égypte), [XIII]‒336 pages. Édition électronique sur Revues.org.

Liminaire
  • Pages [IX]‒[XIII].
Dossier : Qu’est-ce que commenter en Islam ?
Articles
Document
In memoriam
  • Wallon, Bertrand. « Jacques Andréani (22 novembre 1929‒25 juillet 2015) ». [295]‒303.
  • Pisani, Emmanuel. « Guy Monnot (28 décembre 1928‒4 avril 2016) ». 304‒308.
  • Platti, Emilio. « Christiaan van Nispen tot Sevenaer (15 mars 1938‒12 mai 2016) ». 309‒311.
Recensions
  • Pages 313‒336.

MIDÉO 33 (2018)

Première édition : 2018, Institut français d’archéologie orientale (Le Caire, Égypte), [XI], 324 pages. Édition électronique sur Revues.org.

Liminaire
  • Pages [VII]‒IX.
Dossier : Théologie musulmane des religions
Article
Recensions
  • Pages [275]‒324.

MIDÉO 34 (2019)

Première édition : 2019, Institut français d’archéologie orientale (Le Caire, Égypte), [XIII], 408 pages. Édition électronique sur Revues.org.

Liminaire
  • Pages [IX]‒XII.
Dossier : Le ḥadīṯ comme autorité du savoir
Articles
Bulletin critique
In memoriam
Recensions
  • Pages [353]‒408.
MIDÉO 35 (2020)

Première édition : 2020, Institut français d’archéologie orientale (Le Caire, Égypte), 429 pages.  Édition électronique sur Revues.org.

Liminaire
  • Pages [IX]‒XIV
Dossier : Les interactions entre šīʿites imāmites et chrétiens
Éditions du dossier
Articles
Document
Note critique
Recensions
  • Pages [383]‒429.