Théologie musulmane des religions

Appel à contribution : MIDÉO 33 (2018)

Islam et religions. La thématique n’est pas nouvelle. À l’époque du Early Islam, elle renvoie aux relations et interactions entre musulmans et non musulmans. Elle s’inscrit aux premiers siècles de l’islam dans le cadre de traités sur les dogmes et les pratiques des différentes « sectes » et religions. Elle répertorie les multiples Réfutations (rudūd) à l’égard des juifs, chrétiens, zoroastriens ou factions musulmanes hétérodoxes et traite de la question juridique (fiqh) des droits et des devoirs des non-musulmans et de ceux des musulmans, de part et d’autre1.

Depuis les années quatre-vingt, sous l’influence notamment de la théologie chrétienne, la question fait l’objet d’une étude renouvelée. Il s’agit d’interroger la vision du Coran, de la Sunna ou de tels penseurs musulmans à l’égard des non musulmans et de leurs religions. Dans cette perspective, certains ont cherché à évaluer si les paradigmes de l’exclusivisme, de l’inclusivisme et du pluralisme mis en avant au sein d’une théologie chrétienne des religions pouvaient être mobilisés pour rendre compte des visions de l’islam sur les religions non musulmanes2. Ainsi, des penseurs ou des philosophes interrogent le Coran et mettent d’ores et déjà en lumière l’existence de versets « pluralistes »3.

Une théologie musulmane des non musulmans et des religions se dessine. Nombreuses questions lui sont liées, classiques au demeurant : Quel rôle Dieu attribue-t-il ou attend-il des non musulmans ? Comment juge-t-il les actes accomplis par un non musulman en vue de le servir ou de servir l’humanité4 et quelle valeur attribuer à sa religion dans la transmission de vertus spirituelles ? Quel est le statut théologique et juridique des livres des autres religions5 ? Peut-on envisager le salut pour le non musulman et sa religion comme une voie de salut6 ?

Le MIDÉO 33 (2018) consacre un dossier à cette thématique et accueille la publication d’articles ou d’éditions de texte qui permettent de contribuer à la mise en perspective d’une théologie musulmane des religions.

Calendrier

Les articles doivent être soumis à la direction du MIDÉO en format .doc et .pdf avant le 1er avril 2017 à gro.o1481283278riac-1481283278oedi@1481283278oedim1481283278 en suivant scrupuleusement les recommandations stylistiques de la revue. Après lecture « en aveugle » par deux rapporteurs, les auteurs sont informés dans les trois mois qui suivent de l’acceptation ou non de leur article. Les épreuves sont corrigées à l’automne 2017 et la publication est prévue pour le premier trimestre 2018.

(1) Yohann Friedmann, Tolerance and Coercion in Islam Interfaith Relations in the Muslim Tradition, Cambridge University Press, 2006.
(2) Mahmoud Ayoub, ‘‘Islam and the Challenge of Religious Pluralism” in Global Dialogue 2, 1, Winter 2000, p. 53‒64.
(3) Adnane Mokrani, « Le pluralisme religieux dans le Coran », MIDÉO 28, 2010, p. 279‒293.
(4) Mortaza Motahari, Divine Fair, Tehran, Sadra Publication, 2000.
(5) Camilla Adang, Muslim Writers on Judaism and the Hebrew Bible: From Ibn Rabban to Ibn Hazm, Leiden, 1996 ; Éric Chaumont, « Nous et la loi des autres : La question du statut des lois antérieurement révélées (sharʿ man kāna qablanā) en théorie légale sunnite » dans Droits et culture, Mélanges en l’honneur du Doyen Yadh Ben Achour, Tunis, Centre de publication universitaire, 2008, p. 83-105.
(6) Emmanuel Pisani, « Hors de l’islam point de salut ? Eschatologie d’al-Ġazālī », MIDÉO 30, 2014, p.139-184.

Les commentaires sont désactivés.