L’islamisme

islamismeEmilio Platti, L’islamisme, collection « Que penser de… ? », n° 89, Éditions Fidélité, Paris – Namur, 2016, 120 p.

Le radicalisme musulman, appelé « islamisme », est à mettre en lien avec la pluralité de groupes et de mouvements qui se rattachent à l’islam. S’il est multiforme, il a des bases idéologiques assez claires. Il a pris naissance non seulement en Arabie et en Égypte, mais aussi dans le sous-continent indien. Il s’agit de revitaliser la communauté musulmane, trop longtemps obsédée par la modernité à l’occidentale. Pour atteindre ce but, les islamistes propagent une identité simple, avec une pratique bien définie, qui rendrait la communauté musulmane homogène, en éliminant toute pluralité — or, l’islam est amplement pluriel — et en usant parfois d’une violence extrême. Les mouvements qui adhèrent à ce courant de pensée et d’action se caractérisent par un exclusivisme excessif, qui n’est pas uniquement anti-occidental.

Acheter ce livre sur Amazon.fr.

Le Coran décortiqué

Emmanuel Pisani, « Le Coran décortiqué par le duo Mordillat et Prieur. Pour une réévaluation positive du regard des chrétiens sur le Coran », La Croix, 5 décembre 2015.

Les Bibles et le Coran

Jean-Louis Déclais, « Les Bibles et le Coran, jeux de miroir », Cahier Évangile n° 173 (2015).

Une première version de ce texte a paru dans la revue Chemins de dialogue n° 36 (2010).

La dimension théologale de l’hospitalité

Claudio Monge, « La dimension théologale de l’hospitalité. Que signifie penser le dialogue à la lumière de l’hospitalité ? », dans : Henri de La Hougue et Anne-Sophie Vivier-Muresan (dir.), À l’écoute de l’autre. Penser l’altérité au cœur du dialogue inter-religieux, DDB, coll. « Théologie à l’Université » (n° 34), mai 2015, p. 63–78.

Taizé : l’espérance indivise

TaizéClaudio Monge, Taizé : l’espérance indivise, Éditions du Cerf, Paris, 2015.

Il y a des rencontres qui ne trompent pas. Il y a des rencontres qui donnent sens à l’existence. Il y a des rencontres qui inspirent. Il y a celle entre deux frères, le jeune Claudio Monge et l’incontournable Roger de Taizé, au cœur du petit village œcuménique bourguignon et au plus près de celui qui créa une communauté hors du temps. De quel génie fit preuve ce frère pour avoir réussi là où tant d’autres ont échoué ? Est-ce simplement parce que lui, le pasteur protestant, crut à l’unité au sein du christianisme ? C’est à travers la pensée du frère Roger mais encore et surtout à travers les souvenirs de l’auteur, Ppermanent durant deux ans sur la colline de Taizé, que le fil rouge de ce témoignage se déroule et qu’une vocation se dessine. Le récit d’une expérience qui bouleverse une vie. Une spiritualité à connaître et à transmettre au quotidien pour dépasser les crispations confessionnelles qui resurgissent parfois avec violence dans notre monde.
Frère dominicain et docteur en théologie des religions, Claudio Monge a passé deux ans auprès du frère Roger lors de la permanence à Taizé. Il vit désormais à Istanbul, où il est le responsable du centre de documentation interreligieuse des Dominicains et est, par ailleurs, consulteur du conseil pontifical pour le dialogue
interreligieux. Il est l’auteur de Dieu hôte. Recherche historique sur les rituels de l’hospitalité.

Acheter ce livre sur editionsducerf.fr.